Nouvelle indignation contre la réforme des APL

le
10

Après la CNL, c’est la Confédération syndicale des familles (CSF) qui s’est indignée de la volonté du gouvernement de prendre en compte le patrimoine dans le calcul des APL. Cette mesure menace 650.000 familles.

La réforme ne cesse de faire des remous. La Confédération syndicale des familles (CSF) a appelé lundi le gouvernement à renoncer à sa volonté de prendre en compte désormais le patrimoine dans le calcul des aides personnalisées au logement (APL), jugeant cette réforme «injuste et dangereuse pour les familles populaires». «Avec la nouvelle réforme des APL, le patrimoine non imposable (livret A, livret d’épargne populaire ou résidence secondaire non louée) supérieur à 30.000 euros sera pris en considération pour le calcul des aides au logement», selon un projet de décret attendu dans les jours à venir, a rappelé la confédération.

«C’est donc 650.000 foyers aux revenus modestes qui verront leur aide au logement diminuée», anticipe-t-elle. «Les locataires ayant économisé pour faire face à un accident de la vie seront ainsi pénalisés», argumente l’association de défense des consommateurs. Et «la réforme risque d’avoir de lourdes conséquences» pour les locataires qui possèdent un bien immobilier, car nombre d’entre eux, «notamment lorsqu’ils sont reçus en héritage, sont éloignés des zones d’emplois ou impropres à l’habitation».

Les avis défavorables se multiplient

«Alors qu’ils ne trouveront pas facilement acquéreur, ces locataires modestes vont se retrouver dans l’impasse pour faire face à leurs dépenses de logement», estime la CSF. Deux autres associations de défense des consommateurs, la Confédération nationale du logement (CNL) et l’association française de consommateurs CLCV se sont élevées, ces derniers jours, contre ce projet de décret.

Le texte a également reçu un avis défavorable du conseil d’administration de la Cnaf (Caisse nationale d’allocations familiales), l’organisme qui verse les APL, le 6 septembre. La loi de finances 2016 prévoit, pour enrayer la hausse constante des APL, première dépense de l’Etat sur le logement, de raboter 225 millions d’euros sur ces aides d’un montant total de 15,5 milliards.

«Cela commence à faire beaucoup, en effet... Depuis le premier décret qui a été mis en application le 1er juillet, sur 80.000 foyers concernés par une baisse de leurs aides, 16.000 ont perdu complètement leur APL, précise au Figaro Immobilier Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement (CNL). Les autres ont perdu 70 euros en moyenne, selon des chiffres dévoilés par la CAF. Ce coup de rabot tombe comme un coup de grâce.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile le mardi 20 sept 2016 à 13:43

    Duflot avait déjà fait ça => secteur du bâtiment sinistré

  • M107412 le mardi 20 sept 2016 à 08:54

    Ce qu'il faut faire avant tout c'est réduire les niches fiscales ; pinel par exemple et mettre fin à l'assistanat des professionnels de la rente immobilière.

  • am013 le mardi 20 sept 2016 à 07:12

    La prise en compte du patrimoine est tout à fait normale. Quant aux loyers à baisser, non, ils sont déjà bas et de ce fait l'investissement n'est plus rentable du fait d'une fiscalité confiscatoire

  • hotrats le lundi 19 sept 2016 à 20:55

    il faut faire baisser les loyers moins de loyer égal moins d'APL et il faut supprimer pinel"la loi bien sur"

  • dupon666 le lundi 19 sept 2016 à 18:22

    baisser les depenses sociales ,surtout les apl,provoquera une baisse des loyers et donc ce sont les proprio qui trinqueront

  • sibile le lundi 19 sept 2016 à 17:05

    trop d'assistanat en France => le pays en crève ! il faut massivement baisser les dépenses sociales et certainement pas les augmenter, la France est déjà la championne du monde dans ce domaine

  • dupon666 le lundi 19 sept 2016 à 17:00

    l'important c'est que l'argent circule...autant le donner à ceux qui le depenseront

  • akelacca le lundi 19 sept 2016 à 16:48

    Il ne faut pas forcément bloquer toutes les aides, mais les rendre remboursables. Et oui, il serait plus simple de créer une forme de revenu universel, si vous gagnez moins on vous octroi un prêt a taux 0 du montant de la différence, que vous ne rembourserez que lorsque vos revenus seront supérieure de X%. A partir du moment on l'on crée une obligation de remboursement, les abus vont diminuer.

  • alain..c le lundi 19 sept 2016 à 16:28

    Vite un système simple et universel comme le revenu universel . Marre de faire des usines à gaz pour définir qui à droit à quoi... le système y gagnera et les français aussi.

  • gl060670 le lundi 19 sept 2016 à 16:13

    abus, tricheries, fraudes ont tué le social assistanat !! c'est n'est que le début, comment voulez que ça marche maintenant. En France 3 personnes payent alors que 7 perçoivent des aides avec en plus un état en déficit croissant. nos politiques sont coincés entre tuer l'emploi et l'activité économique en continuant à matraquer les acteurs créateurs de valeurs et un social incontrôlable qui coûte toujours plus cher.