Nouvelle guerre des syndicats en Afrique du Sud ?

le
0

Commodesk - L'annonce d'Anglo American Platinum (Amplats) de restructurer ses mines de platine en Afrique du Sud fait réagir les syndicats. Alors qu'un mouvement de grève improvisé a été déclenché suite à cette annonce, les deux principales organisations réagissent différemment.

Le premier syndicat minier du pays, l'Union des travailleurs miniers (NUM), réputé modéré, négocie avec la direction depuis son annonce de mardi dernier. L'organisation affiliée à l'ANC, le parti au pouvoir, cherche à négocier le maintien de certains sites, et surtout à limiter l'effet de ces mesures pour les salariés.

Le NUM a également tout fait pour que les mineurs qui se sont mis en grève mercredi dernier reprennent le travail au plus vite, pendant que leurs représentants négocient un accord.

En revanche, l'AMCU, issu d'une scission avec le NUM, est plus radical depuis le début du mouvement social. Le petit syndicat, qui revendique 26.000 adhérents, réclame désormais la nationalisation pure et simple des sites opérés par Amplats. Il juge les fermetures de sites inacceptables, et estime que cette décision est « la goutte d'eau qui fait déborder le vase ».

L'AMCU se dit cependant prête à négocier avec la direction, mais refuse toute suppression d'emploi, et appelle plutôt la compagnie à réduire ses « coûts inutiles ».

La mésentente syndicale pourrait de nouveau affaiblir le camp des travailleurs lors des négociations à venir. L'été dernier, cette situation avait ouvert la voie à des groupes violents, et la situation avait rapidement dégénéré.

Amplats est le premier producteur mondial de platine et réalise la majorité de sa production en Afrique du Sud.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant