Nouvelle étape dans la procédure de destitution visant Rousseff

le
0
    BRASILIA, 17 mars (Reuters) - La Chambre des députés 
brésilienne a désigné jeudi les 65 membres de la commission 
chargée d'examiner s'il y a lieu de lancer une procédure de 
destitution à l'encontre de la présidente Dilma Rousseff pour 
violation des règles budgétaires.  
    La composition du panel, dont les membres sont issus de tous 
les partis représentés au Congrès, a été validée par 433 voix 
contre 1.  
    Une majorité des trois cinquièmes à la Chambre des députés, 
qui compte 513 membres, est nécessaire pour l'ouverture d'un 
procès formel en destitution devant le Sénat, la chambre haute 
du Congrès.  
    Leonardo Picciani, chef du groupe PMDB (centre) à la Chambre 
des députés, s'est félicité de l'impartialité de la liste. "Il y 
a des modérés, des alliés et des opposants du gouvernement", a 
déclaré le député, dont le parti est lui-même divisé entre 
partisans et adversaires de la destitution.  
    Les partisans de l'"impeachment" accusent le gouvernement de 
Dilma Rousseff d'avoir manipulé les comptes en 2014 pour lui 
permettre d'augmenter les dépenses publiques pendant la campagne 
présidentielle.  
    Le président de la Chambre, Eduardo Cunha, ennemi juré de la 
présidente, a déclaré cette semaine qu'il ferait tout son 
possible pour accélérer la procédure.  
    Cette procédure de destitution s'inscrit dans un climat 
politique très turbulent en raison des retombées du scandale de 
corruption Petrobras.  
    L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a été 
officiellement investi jeudi au poste de secrétaire général du 
gouvernement de Dilma Rousseff, malgré les manifestations contre 
cette nomination qui se sont poursuivies pour la deuxième 
journée de suite.   
 
 (Anthony Boadle; ean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux