Nouvelle démonstration de force chinoise face au Japon

le
0
LA CHINE MET EN SERVICE SON PREMIER PORTE-AVIONS
LA CHINE MET EN SERVICE SON PREMIER PORTE-AVIONS

par Kiyoshi Takenaka et Terril Yue Jones

TOKYO/PEKIN (Reuters) - La Chine a mis en service mardi son premier porte-avions, le présentant comme un élément essentiel de la défense de sa souveraineté territoriale en pleine crise diplomatique avec le Japon au sujet d'un petit archipel revendiqué par les deux pays.

Au cours d'une réunion destinée à apaiser les tensions entre les deux géants d'Asie, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères a prévenu son homologue japonais que Pékin ne "tolérera(it) jamais la moindre initiative unilatérale du Japon susceptible de nuire à la souveraineté territoriale chinoise".

La situation en mer de Chine orientale s'est encore compliquée mardi avec l'irruption dans ces eaux revendiquées par le Chine et le Japon de bateaux de pêche de Taiwan, île considérée comme une province renégate par Pékin et qui revendique aussi les îles Senkaku-Diaoyu du petit archipel.

Les gardes-côtes japonais ont fait usage de canons à eau pour contraindre ces 40 bateaux de pêche, accompagnés de 12 bâtiments des gardes-côtes taiwanais, à rebrousser chemin.

Le ministère chinois de la Défense a souligné que le porte-avions Liaoning, du nom de la province où il a été rénové après son acquisition auprès de l'Ukraine, permettrait de renforcer "la capacité opérationnelle générale de la marine chinoise". Il contribuera aussi à "la défense efficace de la souveraineté nationale" et des intérêts du pays.

Pour les experts militaires, son rôle opérationnel sera limité, mais il s'agit d'un motif de fierté pour une marine qui était privée de ce type de bâtiment. Il devrait lui servir à la formation des équipages et à préparer le lancement possible, à partir de 2015, des premiers porte-avions complètement chinois.

Le Liaoning a été baptisé dans le port de Dalian en présence du président Hu Jintao et du Premier ministre, Wen Jiabao.

"Le lancement sans encombres de ce premier porte-avions a une signification importante et profonde pour la modernisation de notre marine, pour le renforcement des capacités défensives nationales et pour la force globale du pays", a dit Wen Jiabao, cité par l'agence de presse Chine nouvelle.

CRAINTE D'UN INCIDENT

Les relations sino-japonaises se sont dégradées depuis l'annonce le 10 septembre par le gouvernement japonais du rachat des îles Senkaku-Diaoyu à leur propriétaire privé. Cette initiative a suscité une vague de manifestations violentes contre des intérêts japonais en Chine, où de grandes entreprises nippones ont un temps suspendu leurs activités.

"Le Japon doit renoncer aux illusions, entamer une réflexion et prendre des mesures concrètes pour réparer ses erreurs et revenir au consensus et aux accords conclus par les dirigeants de nos deux pays", a dit le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhang Zhijun, à son homologue nippon, Chikao Kawai.

Signe des tensions, la Chine a reporté une cérémonie marquant le 40e anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Le président de Toyota, Fujio Cho, celui du patronat japonais, Hiromasa Yonekura, et d'autres représentants de groupes d'amitié Chine-Japon assisteront tout de même à un événement jeudi à Pékin, a dit un responsable de l'Association économique sino-japonaise.

Le risque de confrontation militaire est ténu mais les observateurs craignent que le moindre incident ne dégénère dans ce contexte tendu. "Si du sang était versé, les gens perdraient la raison", a déclaré à Reuters Koichi Kato, député japonais d'opposition présidant le groupe d'amitié Japon-Chine et qui se rendra lui-même à Pékin.

NOUVELLE GÉNÉRATION

L'acquisition de porte-avions est une priorité de l'armée chinoise afin d'être en mesure de se déployer loin de la Chine continentale.

Alors que les Etats-Unis ont entrepris de réorienter leur diplomatie pour renforcer leur présence en Asie, la Chine a récemment prévenu l'administration Obama qu'elle devait se tenir à l'écart d'autres contentieux territoriaux en mer de Chine méridionale entre Pékin et des alliés de Washington, tels que les Philippines.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a réagi en invitant la Chine et ses voisins d'Asie du Sud-Est à régler leurs différends "sans contrainte, sans intimidation, sans menace et assurément sans usage de la force".

Pour les spécialistes de la Chine, le lancement de ce premier porte-avions est peut-être moins lié aux tensions actuelles avec le Japon qu'au prochain renouvellement de la direction du Parti communiste au pouvoir à Pékin.

Une nouvelle génération de dirigeants doit être portée à la tête du régime à la faveur du 18e congrès du PC chinois, attendu dans la seconde moitié du mois d'octobre, et le parti semble vouloir s'assurer de la cohésion du pays lors de cet événement.

Avec Linda Sieg à Tokyo, Sui-Lee Wee, Ben Blanchard et Chris Buckley à Pékin, Pierre Sérisier, Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant