Nouvelle-Caledonie : quatre des huit baleines échouées sur une plage sont mortes

le
0
Nouvelle-Caledonie : quatre des huit baleines échouées sur une plage sont mortes
Nouvelle-Caledonie : quatre des huit baleines échouées sur une plage sont mortes

Huit baleines, dont quatre sont décédées, se sont échouées sur une plage de Nouvelle-Calédonie, ont indiqué mardi des scientifiques. Des habitants s'interrogent sur le rôle d'une usine de nickel de Vale dans cet échouage.

Le groupe est apparu samedi dans la baie de Somme au sud de la Nouvelle-Calédonie. Lundi soir, deux baleines d'environ six mètres s'y trouvaient encore. Malgré les tentatives des équipes de la province sud et de l'association Opération Cétacés pour repousser les animaux au large, quatre baleines sont décédées, en s'échouant sur la plage.

D'après les spécialistes, il s'agirait de baleines à bec de Longman, une espèce très rare, jamais vue en Nouvelle-Calédonie, que l'on rencontre habituellement dans l'océan Indo-Pacifique. Dotée d'un rostre long et fin, la baleine d'assez grande taille vit habituellement au large dans des eaux de plus de 1000 mètres de profondeur. «Si elles sont là, c'est qu'elles sont malades ou qu'elles sont désorientées. Nous attendons le résultat des prélèvements faits sur les baleines décédées pour en savoir plus», a déclaré Mme Garrigue. Selon elle, pas plus d'une douzaine d'échouages de baleines de cette espèce a été observée jusqu'alors.

Rupture d'une canalisation d'une usine chimique

Des habitants de cette région, où vivent des tribus kanakes, s'interrogent sur le lien entre cet échouage et la rupture la semaine dernière d'une canalisation d'évacuation vers la mer des déchets d'une gigantesque usine chimique de traitement de nickel, située dans la région, et appartenant au géant brésilien Vale.

«On ne peut vraiment pas répondre à ce type d'interrogation pour le moment», a cependant déclaré a déclaré Claire Garrigue, experte auprès de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN), spécialiste des cétacés.

D'un coût de 6 milliards de dollars, l'usine hydrométallurgique de Vale, classée Seveso 2, est entrée en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant