Nouvelle baisse du niveau de vie des Français en 2012-Insee

le
0

PARIS, 9 septembre (Reuters) - Le niveau de vie médian des Français s'est contracté de 1,0% en 2012 pour s'établir à 19.740 euros, soit 1.645 euros par mois, selon des données publiées mardi par l'Insee. Depuis le début de la crise, en 2008, il accuse un recul de 0,3% par an en moyenne, alors qu'il avait progressé annuellement de 1,8% en moyenne entre 2004 et 2008. Si les revenus supérieurs à la médiane s'en étaient mieux tirés que les autres en 2011, la baisse de 2012 a touché toutes les tranches et plus particulièrement les 10% les plus aisés (-2,0% après +2,2% en 2011) et les 10% les plus modestes (-1,2% après -0,8% en 2011, -1,4% en 2010 et -1,2% en 2009). La plus forte baisse enregistrée chez les plus riches entraîne un recul des principaux indicateurs d'inégalité, qui reviennent à leur niveau de 2010. Le rapport entre le niveau de vie plancher des 10% les plus riches et le niveau de vie plafond des 10% les plus pauvres revient ainsi à 3,5, en baisse de 0,1 point, et l'indice de Gini, qui mesure le degré d'inégalité des niveaux de vie passe de 0,306 à 0,303. L'Insee explique le recul du niveau de vie des plus aisés par la diminution des revenus du patrimoine du fait notamment de la baisse des rendements d'assurance vie, mais aussi celle des revenus d'activité et la hausse des impôts. A l'autre extrémité, les revenus des 10% les plus modestes ont souffert de la hausse du chômage et de la progression inférieure à l'inflation des prestations sociales. Cette catégorie est constituée à 79,6% de bénéficiaires de prestations et minima sociaux, soit 1,4 point de plus qu'en 2011. En 2012, 8,5 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté, fixé à 60% du revenu médian (987 euros par mois), soit 13,9% de la population française contre 14,3% un an plus tôt. Cette baisse traduit celle du niveau de vie médian et n'est pas le signe d'une amélioration de la situation des moins favorisés, souligne l'Insee. De fait, la moitié des personnes pauvres vivent avec moins de 784 euros par mois, un niveau qui n'avait pas été aussi bas depuis 2006. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant