Nouvelle attaque aux abords de l'aéroport de Karachi

le
0
LA TOTALITÉ DES VOLS SUSPENDUS À L'AÉROPORT DE KARACHI
LA TOTALITÉ DES VOLS SUSPENDUS À L'AÉROPORT DE KARACHI

par Syed Raza Hassan

KARACHI (Reuters) - Une nouvelle attaque, revendiquée par les taliban pakistanais, a visé mardi le périmètre de l'aéroport de Karachi, entraînant brièvement la suspension des vols au départ et à l'arrivée, moins de 48 heures après une première opération d'envergure des taliban contre ce même aéroport, qui a fait au moins 34 morts.

L'attaque de mardi a visé une école militaire gérée par l'ASF, l'unité de l'armée chargée de la sécurité des aéroports.

Selon les militaires, elle a été menée par un groupe de deux à quatre assaillants circulant à moto, qui ont ouvert le feu sur le bâtiment avant de prendre la fuite quand les gardes ont riposté.

Les forces pakistanaises envoyées en renfort ont bouclé le secteur visé et ratissé les lieux en quête d'extrémistes.

"La fusillade provenait d'un bidonville situé à proximité de l'ASF. La police procède en ce moment à une opération de recherches", a déclaré un porte-parole des forces de l'ordre.

Un journaliste de Reuters sur place a vu des ambulances se précipiter sur les lieux mais aucun bilan n'a été communiqué.

Après une brève suspension, les vols ont repris à l'aéroport, le plus important du Pakistan.

L'attaque lancée dimanche soir, qui avait duré cinq heures, avait été présentée par les taliban comme une riposte aux opérations de l'armée dans les zones tribales, le long de la frontière afghane, où l'aviation a de nouveau bombardé des cibles mardi, faisant 15 morts parmi les insurgés selon l'armée. (Full Story)

Elle a porté un coup très sévère aux perspectives déjà fragiles de négociations de paix entre le gouvernement du Premier ministre Nawaz Sharif et le mouvement des taliban pakistanais, le Tehrik-i-Taliban Pakistan (TTP).

"Nous remplissons avec succès tous nos objectifs et nous continuerons à mener de nombreuses attaques", a déclaré le porte-parole du TTP Shahidullah Shahid après la fusillade de mardi.

(Avec Maria Golovnina à Islamabad; Henri-Pierre André, Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant