Nouvel espoir pour le projet aurifère Rosia Montana ?

le
0

(Commodesk) Traian Basescu, le président roumain, soutient toujours le projet minier d'or et d'argent Rosia Montana, en dépit de l'invalidation, la semaine dernière, d'un permis nécessaire à sa construction.

Le 10 avril, il a conseillé au nouveau ministre de l'environnement, Attila Korodi, d'ignorer l'impact écologique éventuel et d'accélérer les procédures de délivrance des permis de la mine de Rosia Montana, selon Alburnus Maior, une organisation qui lutte contre le projet.

Attila Korodi est membre de l'Union Démocratique des Hongrois de Roumanie (UDMR), la même mouvance que le président, il reprend son ancien poste de ministre de l'environnement après la démission forcée de son prédécesseur soupçonné de corruption. Pour l'instant, il s'est prononcé, auprès de la presse locale, pour la recherche d'un compromis afin de réduire l'impact environnemental de la future mine mais n'a pas évoqué l'abandon du projet.

L'exploitation d'un tel gisement (avec 314 tonnes d'or et 1.480 tonnes d'argent c'est la plus grande mine d'Europe) permettrait, selon Gabriel Resources, la société canadienne à l'origine du projet, de créer 1.200 emplois. Mais pour extraire le minerai de cette mine, 12.000 tonnes de cyanure seront nécessaires chaque année pendant 16 ans, ce à quoi s'opposent radicalement l'opinion publique via des associations de défense et des ONG. Le débat perdure depuis vingt ans.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant