Nouvel arrêt d'internet en Corée du Nord, Obama qualifié de "singe"

le
0
Nouvel arrêt d'internet en Corée du Nord, Obama qualifié de "singe"
Nouvel arrêt d'internet en Corée du Nord, Obama qualifié de "singe"

La Corée du Nord a été victime d'un nouvel arrêt d'internet samedi peu après avoir qualifié le président américain de "singe" et menacé les Etats-Unis de "coups mortels" pour avoir encouragé la diffusion d'un film parodiant le leader nord-coréen."A 19h30, heure de Pyongyang (10H30 GMT NDLR), l'internet et le réseau 3G de la Corée du Nord ont été paralysés", a annoncé l'agence Chine Nouvelle.La société américaine de cybersécurité Dyn Research a confirmé sur Twitter que la Corée du Nord avait subi samedi "une interruption d'internet à l'échelle du pays".Cette société a indiqué plus tard que la connexion internet avait été rétablie après cinq heures de coupure. "A nouveau coupée, à nouveau rétablie : la Corée du Nord revient (sur le réseau) plus de 5 heures après", a écrit la société sur twitter.La Corée du Nord a accusé samedi les Etats-Unis de l'avoir privée de connexion internet en début de semaine, dénonçant des "méthodes de gangster".Ce pays avait en effet été totalement coupé du réseau mondial pendant neuf heures lundi, quelques jours après avoir été accusé par les Etats-Unis d'être derrière le vaste piratage de Sony Pictures, qui avait contraint cette compagnie à annuler la sortie en salles de "L'interview qui tue !". Une comédie sur un complot fictif de la CIA en vue d'assassiner le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un.Mardi, la Corée du Nord, dont les quatre réseaux de connexion passent tous par le géant chinois des communications Unicom, avait à nouveau été, mais plus brièvement, privée d'internet.Barack "Obama est toujours imprudent en paroles et en actes comme un singe dans une forêt tropicale", a commenté samedi la Commission nationale de défense nord-coréenne (NDC), accusant le président américain d'avoir incité les salles de cinéma à mettre le film de Sony à l'affiche le jour de Noël."Si les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant