Nouvel accroc entre Pékin et Washington sur le dalaï-lama

le
0

PEKIN, 2 février (Reuters) - La Chine a réaffirmé lundi qu'elle s'opposait à toute rencontre d'un dirigeant étranger avec le chef spirituel en exil des Tibétains, le dalaï-lama, "sous quelque forme que ce soit". La Maison blanche a déclaré la semaine dernière que le président Barack Obama assisterait le 5 février à Washington à une réunion sur la liberté de culte, à laquelle sera aussi présent le dalaï-lama, considéré comme "séparatiste" par Pékin. "Pékin s'oppose à ce qu'une nation ou un gouvernement se serve de la question tibétaine pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, et s'oppose à toute rencontre avec le dalaï-lama, sous quelque forme que ce soit", a déclaré Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. La Chine voit dans le dalaï-lama un dangereux sécessionniste qui milite pour l'indépendance du Tibet. Le prix Nobel de la paix, qui a fui le Tibet en 1959 et s'est installé en Inde, dit vouloir simplement l'autonomie du Tibet et rejette tout recours à la violence. (Michael Martina; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant