Nouveaux plus bas pour la livre turque sur fond d'incertitudes

le
0
    ISTANBUL, 10 janvier (Reuters) - La livre turque est tombée 
mardi à de nouveaux plus bas historiques, enfonçant pour la 
première fois le seuil de 4,0 pour un euro, après les 
déclarations d'un vice-Premier ministre parlant d'"attaque" 
contre l'économie du pays. 
    Les attentats des derniers mois, le ralentissement de 
l'économie et l'incertitude politique liée à la volonté du 
président Recep Tayyip Erdogan de réformer la constitution pour 
renforcer ses pouvoirs exécutifs préoccupent les investisseurs, 
et la réticence de la banque centrale à relever ses taux 
d'intérêt pour endiguer la chute de la livre ne fait qu'ajouter 
à l'inquiétude. 
    La livre  TRYTOM=D3  a touché un plus bas de 3,7830 face au 
dollar contre 3,7130 en clôture lundi, portant son recul à 23% 
face au billet vert depuis la fin 2015. Contre l'euro, elle est 
tombée à 4,0105  EURTRY= , contre 3,9231 lundi soir. 
    Le vice-Premier ministre Nurettin Canikli a déclaré que 
l'économie turque était visée par "des sabotages et des 
attaques", en citant une étude de l'agence de notation Moody's 
concluant que les bénéfices des banques allaient souffrir de la 
montée des créances douteuses. 
    "Il s'agit bel et bien d'une attaque. Elle n'a aucune chance 
de réussir", a dit Nurettin Canikli lors d'un discours à Ankara 
mardi.  
    Les déclarations répétées d'Erdogan en faveur d'une baisse 
du coût du crédit afin de soutenir la croissance sont, aux yeux 
de beaucoup d'observateurs, l'une des raisons pour lesquelles la 
banque centrale ne remonte pas ses taux. Et le chef de l'Etat ne 
devrait pas changer de discours après la contraction de 1,8% du 
produit intérieur brut (PIB) enregistrée au troisième trimestre. 
    La banque centrale (CBRT), qui a laissé ses taux inchangés 
le mois dernier, risque donc de subir de nouvelles pressions 
pour prolonger le statu quo d'ici à sa prochaine réunion, le 24 
janvier. 
    La Bourse d'Istanbul perdait 0,15%  .XU100  en matinée mardi 
tandis que le rendement des obligations d'Etat à dix ans était 
stable à 11,42%.   
 
 (Tulay Karadeniz et Nevzat Devranoglu; Marc Angrand pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant