Nouveaux pics de chaleur, pas d'alerte sanitaire

le
0
ALERTE ORANGE À LA CANICULE DANS 33 DÉPARTEMENTS
ALERTE ORANGE À LA CANICULE DANS 33 DÉPARTEMENTS

PARIS (Reuters) - Avec de fortes températures parfois inédites après un 15 août, l'alerte orange pour la canicule a été maintenue dimanche dans 33 départements du sud-ouest, du centre et du nord-est de la France.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a déclaré qu'en dépit des fortes chaleurs, la "situation" était "parfaitement calme" et qu'il n'y avait "pas d'alerte sanitaire" pour le moment.

"Nous sommes extrêmement attentifs à l'évolution de la situation pour la canicule", a-t-elle cependant précisé lors d'une fête socialiste en Saône-et-Loire.

Priée de dire s'il y avait une surmortalité liée à la chaleur, Marisol Touraine a répondu : "Non, pas d'événement".

La Charente-Maritime ayant décidé d'appliquer le plan sans être en vigilance, 34 départements sont au total concernés, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les températures retomberont légèrement lundi mais l'épisode de forte chaleur devrait durer jusqu'au milieu de la semaine prochaine.

"D'après les prévisions actuelles, il faudra en effet attendre le mercredi 22 août pour voir une baisse notable des températures", dit le texte.

Sans battre des records, la nuit a été exceptionnellement chaude dans plusieurs régions.

Sur une large bande allant de la région Midi-Pyrénées à l'Alsace en passant par le Centre et la Bourgogne, des températures frôlant les 40°C invitaient à la prudence.

Selon la société MeteoNews, la barre des 40 degrés a été atteinte ou frôlée samedi en plusieurs endroits, comme à Auzances(41,6), Gouzon (40,6) et Guéret (39,8, record battu de 38,5 le 7 août 2003), dans le Creuse.

Il a également fait 40,1 degrés à Châteauroux (record non battu à 40,5 le 2 août 1906), dans l'Indre, et 39,4 (record non battu du 12 août 2003 à 40,6) à Vichy, dans l'Allier.

Le ministère de la Santé appelle les Français à boire, se rafraîchir et éviter de sortir aux heures les plus chaudes.

Les autorités soulignent que la vague de chaleur est pour l'instant moins grave qu'en 2003.

Cet été-là, la canicule avait fait 14.800 morts en France, en particulier des personnes âgées, avec des températures supérieures à 40 degrés pendant plusieurs jours.

Gérard Bon, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant