Nouveaux incidents au Brésil avant un match

le
0
Nouveaux incidents au Brésil avant un match
Nouveaux incidents au Brésil avant un match

Des heurts entre policiers et manifestants ont éclaté jeudi au Brésil à Fortaleza (nord-est), avant la demi-finale Espagne-Italie de la Coupe des confédérations, alors que la présidente a reçu les partis pour négocier un référendum sur une réforme politique dans le pays, secoué par une crise historique.

A Fortaleza (nord-est), quelque 5000 manifestants, selon la police, pour la plupart des jeunes, ont marché pacifiquement de l'Université vers le stade. Jusqu'à ce qu'un groupe de radicaux ne commence à lancer des pierres, des bouteilles et des bâtons sur la police et tente de forcer le périmètre de sécurité en renversant des barrières métalliques. D'abord stoïque, la police anti-émeute a tiré de nombreuses bombes de gaz lacrymogènes, tandis que des manifestants pacifiques demandaient aux fauteurs de troubles de cesser les violences.

VIDEO. Brésil : affrontements entre police et manifestants à Fortaleza

« On n'est pas contre la Fifa ni la Coupe du monde (de 2014 au Brésil), mais contre les grands investissements. On a des mauvais services de santé, d'éducation, de mauvaises routes et les politiques préfèrent investir dans le foot », déclarait un participant de la manifestation âgé de 25 ans. Au moins un policier et un manifestant ont été blessés. D'autres manifestations étaient en cours dans le pays, dont une d'étudiants à Brasilia. Mais ces protestations ont perdu de leur intensité depuis la journée historique du 20 juin où 1,2 million de personnes avaient envahi les rues aux cris de : « Le géant s'est réveillé !»

Bientôt un référundum

Dans la capitale fédérale, la présidente Dilma Rousseff a reçu son ministre de la Justice, Eduardo Cardozo, et les dirigeants des partis de la coalition gouvernementale pour discuter de la réforme politique qu'elle souhaite soumettre par référendum au peuple brésilien et voir entrer en vigueur avant l'élection présidentielle de l'automne 2014. Elle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant