Nouveaux heurts en Turquie malgré les excuses officielles

le
0
TENSIONS PERSISTANTES EN TURQUIE
TENSIONS PERSISTANTES EN TURQUIE

par Daren Butler

ISTANBUL (Reuters) - De nouveaux affrontements entre policiers et manifestants ont eu lieu en Turquie dans la nuit de mardi à mercredi malgré les excuses présentées par le vice-Premier ministre pour les violences policières contre les manifestants ces derniers jours.

Des journaux proches du pouvoir croient pour leur part déceler un assouplissement de la ligne d'Ankara en l'absence du chef du gouvernement, Recep Tayyip Erdogan, en visite d'Etat au Maghreb. "Rameau d'olivier", titre en manchette Sahab, "Ligne atténuée", fait écho Milliyet.

Le n°2 du gouvernement, Bülent Arinç, qui a présenté ses excuses mardi, doit rencontrer mercredi les organisateurs de la première manifestation, qui visait à protester contre un projet de rénovation urbaine de la place Taksim à Istanbul.

Ce projet prévoit notamment la construction d'une réplique d'une caserne de style ottoman, avec l'arrachage d'une douzaine d'arbres du parc Gezi qui borde la place.

Le vice-Premier ministre refuse en revanche de s'entretenir avec d'autres groupes qu'il accuse de profiter de la situation pour attiser les violences.

Bülent Arinç, qui assure l'intérim du chef du gouvernement en son absence, a consulté mardi le président Abdullah Gül, qui a adopté une position plus conciliante depuis le début des événements malgré son appartenance à l'AKP, le parti au pouvoir dirigé par Recep Tayyip Erdogan.

CAMPEMENT DE FORTUNE

En dépit de la pluie, des milliers de manifestants sont toujours sur la place Taksim, dans des campements de fortune. La place est devenue le point de convergence de revendications plus larges contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Ce dernier est considéré comme de plus en plus autoritaire par ses opposants et est accusé par le camp laïque d'islamiser de manière rampante la société et les institutions.

De petites tentes ont fait leur apparition place Taksim, où l'on vend de la nourriture et des masques chirurgicaux. Une librairie est en train de se monter. Dans une rue adjacente, des accrochages se sont produits entre manifestants et policiers qui ont utilisé des gaz lacrymogènes.

Mardi, lors de son étape algérienne, Recep Tayyip Erdogan ne s'est livré à aucun commentaire sur la situation en Turquie. Il doit regagner son pays jeudi comme prévu.

"La préoccupation n°1 aujourd'hui est la nécessité pour le Premier ministre de rester silencieux", observe un diplomate proche du gouvernement. "Toute déclaration de sa part risquerait de provoquer un embrasement".

GAZ LACRYMOGÈNES ET CANONS À EAU

Des affrontements ont eu lieu dans la nuit dans la province de Tunceli, dans l'est du pays. La police a eu recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau contre des centaines de manifestants qui avaient érigé des barricades et lançaient des pierres dans leur direction, ont rapporté des témoins.

A Ankara, la capitale, la police a procédé à une intervention similaire contre les manifestants? ainsi que dans la province du Hatay à la frontière syrienne où un homme de 22 ans est mort après avoir été touché à la tête lors d'une manifestation lundi soir. (voir )

La confédération syndicale DISK, qui regroupe des syndicats dans les secteurs de la santé et de l'énergie, doit participer mercredi à un mouvement de grève avec une autre confédération.

A Izmir, la grande cité portuaire de la mer Egée, les forces de l'ordre ont effectué des perquisitions dans une quarantaine de domiciles et arrêté 25 personnes soupçonnées d'enflammer la situation sur les réseaux sociaux, a déclaré à Reuters Alaattin Yuksel, n°2 du Parti républicain du peuple (CHP, gauche nationaliste), première formation de l'opposition. La police a refusé de commenter l'information.

Le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, a demandé mardi au gouvernement turc de respecter les droits des manifestants. () "L'avenir de la Turquie appartient au peuple turc et à personne d'autre", a-t-il dit devant une organisation de défense des relations commerciales américano-turques.

Danielle Rouquié et Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant