Nouveaux examens médicaux pour Vincent Lambert, transféré à Paris

le
0
Nouveaux examens médicaux pour Vincent Lambert, transféré à Paris
Nouveaux examens médicaux pour Vincent Lambert, transféré à Paris

Le Conseil d'Etat a désigné les trois experts chargés de se pencher sur l'état de santé de Vincent Lambert, 38 ans, en état végétatif chronique depuis cinq ans, dont la famille se déchire sur son maintien en vie, a-t-on appris mercredi. Il avait décidé le 14 février d'attendre les résultats de cette nouvelle expertise médicale pour se prononcer, «avant l'été». «Les experts ont décidé de procéder à des examens complémentaires à la Pitié-Salpêtrière, dans le cadre de leurs missions», précise le Conseil d'Etat.

La plus haute juridiction administrative avait été saisie par l'épouse du patient et son neveu, pour qu'elle annule le jugement du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne du 16 janvier ayant décidé le maintien en vie, à la demande des parents de Vincent Lambert, 38 ans, mais contre l'avis des médecins.

Le président de la section du contentieux du Conseil d'Etat a désigné comme experts Marie-Germaine Bousser, professeur émérite des universités, chef de service honoraire à l'hôpital Lariboisière de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Lionel Naccache, professeur des universités-praticien hospitalier, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de l'AP-HP, et Jacques Luauté, professeur des universités-praticien hospitalier, chef de service à l'hôpital Henry-Gabrielle du centre hospitalier universitaire de Lyon.

«Apprécier l'existence éventuelle de signes»

Ces trois spécialistes de neurosciences, qui ont prêté serment mercredi, ont deux mois pour rendre leur expertise. Ils devront «décrire l'état clinique actuel de Vincent Lambert», «se prononcer sur le caractère irréversible des lésions cérébrales dont il souffre et sur le pronostic clinique», mais aussi «déterminer s'il est en mesure de communiquer, de quelque manière que ce soit, avec son entourage» et «apprécier l'existence éventuelle de signes manifestant une volonté d'interruption ou au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant