Nouveaux efforts diplomatiques en vue d'un cessez-le-feu en Syrie

le
0
    WASHINGTON/GENEVE, 18 octobre (Reuters) - Les Etats-Unis et 
certains de leurs alliés en Europe et au Proche-Orient se sont 
réunis mardi à Genève pour coordonner leurs efforts en vue d'un 
nouveau cessez-le-feu en Syrie et parvenir à distinguer les 
rebelles modérés des djihadistes, a-t-on appris de sources 
diplomatiques. 
    Les pays participants ont décidé de créer "un groupe de 
travail pour voir comment séparer (l'ex-Front) Al Nosra de 
l'opposition modérée", a dit un diplomate occidental. "La 
première réunion s'est tenue aujourd'hui à Genève." 
    La réunion a rassemblé des experts américains, français, 
saoudiens, qataris, turcs et jordaniens. 
    La Russie, qui a annoncé lundi qu'une "pause humanitaire" 
aurait lieu jeudi à Alep, et qui a suspendu mardi de manière 
inattendue ses bombardements des quartiers insurgés, n'y était 
pas conviée mais deux diplomates occidentaux ont déclaré à 
Reuters qu'elle se joindrait mercredi aux discussions. 
    La chaîne télévisée Rossiya 24 a aussi diffusé des images du 
ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, déclarant que des 
experts militaires russes se rendraient mercredi à Genève pour 
travailler à distinguer les "terroristes" de l'opposition 
modérée. 
    A Washington, on estime prématuré de dire si la suspension 
des raids aériens à Alep augure d'un changement de stratégie 
russe ou s'il s'agit d'un simple geste d'apaisement avant les 
discussions de Genève. 
    La distinction entre les combattants de l'ex-Front al Nosra, 
qui a rompu les liens organiques avec Al Qaïda, et les groupes 
rebelles plus modérés est devenu un casse-tête dans la région 
d'Alep, où la violence de l'offensive russo-syrienne a poussé 
les différents mouvements insurgés à faire front commun pour 
tenter d'empêcher puis de briser l'encerclement de la ville. 
    L'émissaire de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a 
proposé de faciliter le départ des djihadistes des quartiers 
insurgés, où il a estimé leur nombre à environ 900 sur les 
quelque 8.000 rebelles qui défendent la ville. 
     
 
 (Lesley Wroughton à Washington et Stéphanie Nebehay à Genève, 
avec John Irish à Paris; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant