Nouveau statut de Paris : les arrondissements aussi ont une âme

le
0
Le Conseil de Paris a voté le projet présenté par la maire Anne Hidalgo, prévoyant la fusion des 4 arrondissements du centre de la capitale.
Le Conseil de Paris a voté le projet présenté par la maire Anne Hidalgo, prévoyant la fusion des 4 arrondissements du centre de la capitale.

On peut fédérer des nations, fusionner des régions, mais est-il possible de « regrouper » des arrondissements parisiens ? La chose est évidemment faisable d'un point de vue administratif. Il suffirait que la majorité socialiste de Paris le veuille pour qu'il en soit ainsi ? après adoption d'une loi au Parlement. Passons sur les accusations de « tripatouillage », réelles ou fantasmées, portées contre Anne Hidalgo par une droite parisienne qui, depuis 2001, se cherche un chef en plus d'un pied sur lequel danser. Restons sur ce qui nous paraît l'essentiel. Prétexter une décision du Conseil constitutionnel pour rééquilibrer démographiquement les arrondissements du centre de la capitale, user d'un jargon technico-administratif ou n'avoir à la bouche que les mots « égalité » ou « modernité », c'est faire fi de la réalité des périmètres concernés par cette réforme.

Uniformisation bobo

Qui connaît Paris sait pertinemment que le 3e arrondissement n'est pas le 4e, que le 2e n'a rien à voir avec le 1er, question d'histoire, de sociologie, d'architecture et de spécificités en tout genre. Il est vrai que la tendance parisienne depuis ce que l'on appelle la gentrification, cette grande faucheuse sociale, est que la capitale tend à l'uniformisation, aussi bien socialement que culturellement. Le Marais est de moins en moins gay et juif et de plus en plus Kooples, Uniqlo et Airbnb. Dans le 3e voisin, les prix de...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant