Nouveau report de l'EPR de Flamanville

le
4
NOUVEAU REPORT DE L'EPR DE FLAMANVILLE
NOUVEAU REPORT DE L'EPR DE FLAMANVILLE

PARIS (Reuters) - Le réacteur nucléaire de type EPR en cours de construction à Flamanville (Manche) n'entrera en service qu'au quatrième trimestre 2018 et son coût de construction atteint désormais 10,5 milliards d'euros, a annoncé jeudi EDF, relevant ainsi de deux milliards sa précédente estimation.

Le groupe, en charge du chantier et de la future exploitation du réacteur, avait annoncé en novembre 2014 un nouveau report de sa mise en service, pour 2017, sans toutefois réévaluer son dernier devis de 8,5 milliards d'euros, qui datait de fin 2012.

Estimé à trois milliards d'euros lors de l'annonce du projet en 2004, l'EPR de Flamanville conçu par Areva devait initialement entrer en service en 2012.

Mais des difficultés à répétition sur le chantier et dans la fourniture de certains équipements ont contraint à plusieurs reprises EDF à reporter cette date et à revoir à la hausse le coût du projet.

Fin 2014, l'électricien avait attribué le nouveau retard aux "difficultés" rencontrées par Areva notamment pour assurer la livraison de certaines pièces telles que le couvercle et les structures internes de la cuve du réacteur.

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a ensuite dévoilé en avril l'existence de défauts dans la composition de l'acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur, dont EDF et Areva entendent cependant démontrer la conformité.

"C'est un nouveau report. On ne s'y attendait pas vraiment. C'est une très mauvaise nouvelle", a déclaré un trader basé à Paris.

Cinq minutes après l'ouverture de la Bourse de Paris, le titre EDF (-2,9% à 18,16 euros) accusait ainsi la plus forte baisse de l'indice CAC 40, lui-même en hausse de près de 1%.

Ce nouveau report du projet intervient alors qu'EDF projette de racheter entre 51% et 75% du capital d'Areva NP, qui regroupe les activités réacteurs du groupe nucléaire - et notamment la fabrication de l'EPR -, sur la base d'une valorisation de 2,7 milliards d'euros.

Trois autres réacteurs EPR sont en construction dans le monde : un en Finlande, construit par Areva et qui connaît lui aussi d'importants retards et surcoûts ; et deux autres en Chine, dont la mise en service est pour le moment prévue pour fin 2015 et début 2016.

EDF a en outre répété jeudi qu'il souhaitait lancer au plus tôt son projet de construire deux autres réacteurs EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

(Benjamin Mallet, avec la contribution d'Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JUFRABRE le jeudi 3 sept 2015 à 11:22

    ça fait même plus rire, le gag de l'EPR de Flamanville :-((

  • nicog le jeudi 3 sept 2015 à 10:00

    L'EPR de Flamanville va-t-il couter 10 Milliards ? Enquête immédiate svp. Si c'est le cas, je propose que ce ne soit pas les contribuables mais les salariés d'Areva + EDF qui paient les surcouts.

  • bearnhar le jeudi 3 sept 2015 à 09:46

    Comment se fait-il que notre ministre de l'énergie/écologie qui intervient à tout bout de champ pour parfois pas grand chose, ne demande pas une enquete parlementaire ?

  • bearnhar le jeudi 3 sept 2015 à 09:34

    Des politiques qui s'offusquent de la prime de départ d'un patron de boite privée, alors qu'ils ont le scandale EPR sous les yeux depuis 6/8 ans, qu'ils étaient parfaitement au courant, et qu'ils n'ont rien fait, et là ça nous coute des milliards, bien vu !!