Nouveau record de défaillances d'entreprises en 2013

le
11
LES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES À UN NIVEAU RECORD EN 2013
LES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES À UN NIVEAU RECORD EN 2013

PARIS (Reuters) - Les défaillances d'entreprises ont atteint un record l'an passé en France et leur nombre devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d'une croissance suffisante de l'activité économique, estime la Coface.

Un total de 63.452 entreprises ont donné lieu à un redressement ou une liquidation judiciaires en 2013, soit 5,3% de plus qu'en 2012 et 0,4% de plus que le précédent record touché en 2009, au plus fort de la crise, selon les chiffres publiés mercredi par l'assureur crédit.

Il note toutefois que le taux des défaillances est resté stable (0,8%) par rapport aux années d'avant-crise grâce à un stock d'entreprises qui continue de croître.

La Coface ajoute que le quatrième trimestre a connu une légère accalmie après un printemps et un été meurtriers.

Les entreprises de petite taille ont particulièrement souffert l'an passé avec des hausses de 5,2% pour les micro-entreprises, de 5,8% pour les TPE et de 8,2% pour les PME. Les défaillances ont revanche diminué de 4,9% pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui avaient connu une année 2012 particulièrement rude.

Le coût financier associé aux défaillances, à savoir l'encours des dettes fournisseurs des entreprises touchées, a augmenté de 10,4% à 4,82 milliards d'euros, une hausse qui tient en partie aux difficultés de deux grandes entreprises, le transporteur Mory-Ducros et le fabricant d'électroménager FagorBrandt.

Leur coût social a de même progressé de 6,3% avec 211.716 emplois menacés, un total proche de celui de 2009 (213.665)

Les secteurs exposés à la consommation ont connu une année 2013 difficile : +9,7% pour les défaillances dans la distribution, plus particulièrement la distribution spécialisée (librairies, meubles, jouets, fleuristes), +9,2% pour l'électronique-informatique-télécommunications et +6,1% pour les services aux particuliers, dont la restauration.

La chimie s'est distinguée avec un recul de 5,7% entre 2012 et 2013, qui a été plus prononcé encore (-5,7%) pour le sous-secteur pharmacie.

L'année 2014 a bien commencé, avec un nombre de défaillances sur 12 mois qui revient à 62.990 à fin janvier.

Mais la faible hausse du PIB attendue cette année fait qu'un recul marqué est improbable. Les économistes de la Coface estiment ainsi qu'une croissance annuelle de 1,6% est nécessaire pour stabiliser les défaillances, alors qu'ils l'anticipent pour leur part à tout juste 0,6% (contre 0,9% prévu par le gouvernement).

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le mercredi 12 fév 2014 à 14:26

    devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d'une croissance suffisante de l'activité économique: faux, les gens ne veulent plus faire des heures et des heures pour avoir toujours plus a payer, et cerise sur le gateau on les traite de voyous, donc tant que Bouffon 1er et ses 39 sinistres seront aux manettes, pas la peine d'esperer!

  • vinks007 le mercredi 12 fév 2014 à 14:11

    Strictement aucune inversion de courbe ici, on est plutôt dans la courbe exponentielle confirmée !

  • M9095115 le mercredi 12 fév 2014 à 13:33

    Belle politique,tout est en augmentation.Faillites,Chomage,dette,Déficit,impots,taxes.Et la porte parole bécassine Valaud se permet de donner des leçons à Gattaz.On croit rêver

  • M2711013 le mercredi 12 fév 2014 à 13:29

    TIENS mon commentaire a sauté ??? comme Hollande en 2017 ...

  • KAFKA016 le mercredi 12 fév 2014 à 13:17

    63 000 entreprises ont disparu en 12 mois....mais se qui est rassurant c'est que c'est stable!!!!! comme le chomage quoi!! ils sont extras ces journalistes de gauche.

  • klein44 le mercredi 12 fév 2014 à 13:15

    pas grave vu que l activité sera reprise par le père, la soeur, le frere ou l oncle - suivi d une inscrption au rsa, les pauvres n ont plus rien!! esc roquerie pondue par notre president de la republique - et l an prochain, rebelotte, on ferme et on reouvre sous un autre nom

  • fbordach le mercredi 12 fév 2014 à 12:50

    C'est le changement !

  • rotul le mercredi 12 fév 2014 à 12:40

    Pour un sauce c'est une excellente nouvelle tous ces vilains commerçants qui disparaisent

  • guerber3 le mercredi 12 fév 2014 à 12:32

    A u moins, on sait maintenant pourquoi la bourse est en hausse...!les voyous financiers font leurs affaires...!

  • omigda le mercredi 12 fév 2014 à 12:29

    dire que j'ai trop de boulot et que je suis obligé d'en refuser!