Nouveau record d'émissions de CO2 en 2014, selon l'Onu

le
0

(Actualisé avec précisions, déclarations) GENEVE, 9 novembre (Reuters) - Les rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ont atteint un record en 2014, le trentième consécutif, a annoncé lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence dépendant de l'Onu. "Chaque année, les concentrations de gaz à effet de serre battent de nouveaux records", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud. "Et chaque année nous répétons que le temps presse. C'est MAINTENANT qu'il faut agir pour réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre et pour qu'il nous reste une chance de contenir à un niveau raisonnable la hausse des températures". Des graphiques publiés par cette agence de l'Onu montrent que le niveau de dioxyde de carbone (CO2), le principal gaz à effet de serre, monte progressivement vers le seuil des 400 parties par million (ppm), année après année. Chaque année montre un nouveau record depuis la tenue des premières statistiques fiables à partir de 1984. Les niveaux de CO2 ont atteint en moyenne 397,7 ppm l'an dernier et ont brièvement franchi la barre des 400 ppm début 2014 dans l'hémisphère nord, puis à nouveau dans le monde début 2015. "Nous allons bientôt vivre en permanence dans une atmosphère dont la teneur moyenne en CO2 sera supérieure à 400 parties par million", a dit Michel Jarraud. Cela va se traduire par des "températures mondiales plus élevées, par une multiplication des phénomènes extrêmes - vagues de chaleur et inondations notamment - , par la fonte des glaces, la hausse du niveau de la mer et l'acidification des océans", a-t-il poursuivi. "C'est la réalité d'aujourd'hui: nous avançons en territoire inconnu et la machine s'emballe à un rythme effrayant." Deux autres gaz à effet de serre imputables à l'activité humaine, le méthane et le protoxyde d'azote, ont également atteint des niveaux extrêmement élevés, selon l'OMM. Les premiers s'élèvent à 1.833 parties par milliard (ppb), les seconds à 327,1 ppb. Le rapport de l'OMM est publié moins de trois semaines avant l'ouverture formelle de la COP21, la conférence internationale sur le climat organisée à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Six ans après l'échec de la conférence de Copenhague, la COP21 est présentée comme une des dernières chances de conclure le premier accord universel contraignant sur la réduction des gaz à effet de serre, avant que le réchauffement de la planète et ses effets deviennent irréversibles. (Tom Miles; Danielle Rouquié et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant