Nouveau faux pas interdit pour Brésil et Argentine

le
0
Nouveau faux pas interdit pour Brésil et Argentine
Nouveau faux pas interdit pour Brésil et Argentine

Après une première journée historique qui a vu l'Argentine et le Brésil chuter, l'Amérique du Sud remet ça, pour la deuxième journée de ces éliminatoires. L'Albiceleste se déplace au Paraguay, alors que la Seleção accueille le Venezuela. Le clásico del Pacífico (Pérou-Chili) et l'opposition de style Uruguay-Colombie vaudront aussi le coup d'œil.

L'Argentine ou l'indispensable rebond


L'Argentine ne s'y attendait pas. Elle devait bien faire sans Messi, son meilleur joueur si décrié pour ne pas être parvenu à ramener la Copa América et la Coupe du monde au pays, mais après tout, elle recevait un adversaire, l'Équateur, qui ne l'avait jamais dominé sur ses terres en match officiel. Elle recevait, de surcroît, au Monumental, un stade où elle n'avait pas connu la défaite depuis le fameux 0-5 de la Colombie de Valderrama, Asprilla, et consorts (1993). Mais l'Argentine a balbutié son football, s'est pris les pieds dans le tapis (0-2), et se trouve à présent dans l'obligation de se ressaisir, face au Paraguay. Après la pâle copie remise à Buenos Aires, Gerardo Martino a décidé, selon la presse argentine, de réaliser de grands travaux d'aménagements dans son onze, même s'il y est aussi incité par les forfaits du Kun Agüero, Ezequiel Garay, et Lucas Biglia. Malgré une entrée en jeu qui n'a pas répondu aux grandes attentes que place le public argentin en lui, Carlos Tévez occupera bien la pointe de l'attaque, même s'il a milité, dans une interview, pour un positionnement en deuxième attaquant. Effacé face à l'Équateur, Javier Pastore, qui avait été ménagé dimanche lors de l'entraînement, conserverait finalement sa place, comme son coéquipier parisien, Ángel Di María. Dans l'entrejeu, le jeune Matías Kranevitter, annoncé comme le nouveau Javier Mascherano, épaulera justement El Jefecito. Enfin, au sein d'une arrière-garde calamiteuse face à Jefferson Montero et consorts, Zabaleta reprendra les affaires en main, à droite, à la place de Roncaglia, et Funes Mori fera valoir son impact physique, à la place de Garay. Toujours sans Messi, forfait, l'Argentine fera face à un Paraguay gonflé à bloc par sa victoire au Venezuela (0-1). "Messi est l'unique joueur différent, estime Nestor Ortigoza, le milieu paraguayen de San Lorenzo, tu es obligé d'avoir deux hommes sur lui, le reste est contrôlable." Foncièrement optimistes, les Guaranis oublieraient presque que l'Albiceleste leur avait collé un set en demi-finale de la Copa América (6-1). Les hommes de l'Argentin Ramón Díaz étaient toutefois aussi parvenus à arracher le nul en phase de poules (2-2). Dans les deux cas, Messi était là ...

Le Brésil peut-il aussi souffrir face au Venezuela ?


Pas d'écran de fumée, de cache-sexe…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant