Nouveau développement dans l'enquête sur la fortune Bettencourt

le
0
Nouveau développement dans l'enquête sur la fortune Bettencourt
Nouveau développement dans l'enquête sur la fortune Bettencourt

PARIS (Reuters) - Les juges chargés de l'enquête sur un éventuel abus de faiblesse de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt s'intéressent à un investissement de 143 millions d'euros en 2011 dans une société de paris en ligne, Lov Group.

Le PDG de ce groupe, Stéphane Courbit, révèle dans un entretien au site internet des Echos que sa société a été perquisitionnée. Jean-Marie Messier, ancien PDG de Vivendi Universal devenu consultant, qui est intervenu dans la transaction, a été dernièrement entendu comme témoin.

Stéphane Courbit nie tout abus de faiblesse dans cette opération. "C'est une aberration et c'est juridiquement impossible puisque je n'ai pas négocié en direct avec Madame Liliane Bettencourt, mais dans le cadre d'un processus normal impliquant des conseils et des experts", dit-il.

Liliane Bettencourt a été placée sous tutelle de sa famille en octobre dernier car il a été établi par expertise qu'elle souffrait de démence depuis au moins 2006.

Après la découverte de cet épisode concernant Lov Group, un remboursement des 143 millions d'euros avait été annoncé mais il n'est pas effectif à ce jour, admet Stéphane Courbit. Il précise que "120 millions ont d'ores et déjà été utilisés pour accélérer le développement du groupe et renforcer sa structure financière".

Il dit avoir engagé une médiation sur le litige, qui vient d'échouer. "Nous avons formulé huit propositions différentes garantissant toutes les intérêts de la famille Bettencourt. Une neuvième proposition a été faite par les médiateurs. Nous n'étions pas loin mais, hélas, elles ont toutes été rejetées", explique-t-il. "J'en déduis qu'ils ont préféré rester actionnaires du groupe", conclut-il.

Début octobre, des perquisitions ont été conduites aux cabinets parisiens de deux des avocats de Liliane Bettencourt, Pascal Wilhelm et Georges Kiejman, le premier étant proche de Stéphane Courbit et étant intervenu dans la transaction.

Ce dossier d'abus de faiblesse vise, outre cet épisode, un possible financement illicite de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. L'ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre est en détention. Une demande de remise en liberté doit être examinée mardi prochain.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant