Nouveau code de conduite sur le marché des changes en mai 2017

le
0
NOUVEAU CODE DE CONDUITE SUR LE MARCHÉ DES CHANGES EN 2017
NOUVEAU CODE DE CONDUITE SUR LE MARCHÉ DES CHANGES EN 2017

par Patrick Graham et Huw Jones

LONDRES (Reuters) - Le premier code de conduite unique visant à moraliser un marché des changes marqué par une série de scandales révélés au cours des trois dernières années prendra effet en mai 2017, ont annoncé mercredi des responsables de banques centrales.

Des dizaines de traders ont été suspendus ou licenciés et plusieurs banques se sont vu imposer des pénalités totalisant 4,3 milliards de dollars à la suite de ces scandales de manipulation des cours sur le plus grand marché mondial.

Le nouveau code de conduite, conçu par un groupe de travail de la Banque des règlements internationaux (BRI), est la dernière démarche en date visant à éviter de nouveaux abus et à restaurer la confiance quant au fonctionnement de ce marché de 5.000 milliards de dollars (4.500 milliards d'euros) par jour.

Il aborde notamment la question du fonctionnement des ordres automatiques de vente ("stop loss") destinés à limiter les pertes potentielles, ainsi que la différence entre les transactions des banques pour leur propre compte ou pour le compte de leurs clients, a expliqué Guy Debelle, assistant du gouverneur de la Reserve Bank of Australia (RBA), dans le cadre d'une conférence de presse à la Banque d'Angleterre.

Six codes de conduite en vigueur seront ainsi remplacés par le premier code unique de portée mondiale qui fixe les règles de conduite non seulement pour les traders, mais aussi pour les plates-formes de trading et les gestionnaires d'actifs, ce qui reflète l'évolution rapide de ce marché.

Cette démarche va au-delà du préambule aux codes existants qui avait été présenté l'an dernier par les banquiers centraux.

CONFIANCE

"Nous ne cherchons pas à réinventer la roue avec ce code mais à bâtir sur ce qui existe déjà", a déclaré Guy Debelle, qui dirige la commission des marchés de la BRI. "Il y a un besoin indéniable de rétablir la confiance dans la façon dont ce marché fonctionne".

Des "annexes" locales sont envisagées pour refléter la spécificité des marchés nationaux dans certains cas. "L'idée est que ce code va continuer à évoluer", a-t-il dit.

Les allégations et amendes ont jusqu'ici visé les traders des banques qui vendent leurs services à des fonds spéculatifs ou à d'autres intervenants. De nombreux acteurs du marché estiment que cette focalisation de l'attention des régulateurs sur les vendeurs, et non sur les clients également, est injuste.

Simon Potter, représentant de la Réserve fédérale de New York, a souligné mercredi que le nouveau code visait à servir de guide pour tous les participants du marché des devises, y compris pour les banques centrales qui en sont des acteurs clé.

Mais Guy Debelle a ajouté que le défi le plus grand serait de voir comment faire en sorte que les banques et les autres intervenants respectent ce nouveau code de conduite.

Certains observateurs reprochent aux mesures prises jusqu'à présent par les régulateurs de ne pas avoir été suffisamment radicales pour transformer la structure du marché des changes, ni la culture des salles de marché qui a généré ces scandales.

Le code n'aura pas de statut officiel, ni de caractère obligatoire, et les Etats seront chargés de son application.

Le Royaume-Uni a déjà fait de la manipulation de devises et d'autres références sur les marchés financiers une infraction pénale et l'Union européenne prévoit également des sanctions plus sévères en cas de manipulation de marchés.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant