« Nous voulons conquérir la nouvelle clientèle du luxe »

le
0
« Nous voulons conquérir la nouvelle clientèle du luxe »
« Nous voulons conquérir la nouvelle clientèle du luxe »

A 39 ans, Christopher Descours est à la tête de marques aussi prestigieuses que Weston, Bonpoint ou Heidsieck. Président d'EPI, la très discrète et luxueuse société familiale créée en 1974 par son grand-père Jean-Louis Descours, l'ancien patron d'André, le jeune homme affiche de fortes ambitions à l'international.

« EPI possède de très belles marques dans le secteur du luxe mais reste encore inconnue du grand public. Quelle est l'histoire de cette société ?

EPI, c'est avant tout une aventure entrepreneuriale et familiale commencée il y a quarante ans, par mon grand-père Jean-Louis Descours et mon père, Gérard Descours. En rachetant en 1974 J.M. Weston, une très belle manufacture de chaussures, ils ont posé la première pierre d'EPI qui, depuis, n'a cessé de se développer. En mai 1981, le domaine Château la Verrerie rejoint le groupe puis, en 1990, c'est le chausseur pour femmes François Pinet. Aujourd'hui, le groupe détient 9 très belles maisons qui répondent toutes à l'idée que nous avons du luxe à la française : un attachement indéfectible à la qualité des produits et un savoir-faire artisanal.

Vous présidez EPI depuis 2005 et, très vite, vous imposez votre marque en vous recentrant exclusivement sur le luxe. Pourquoi ?

Avant d'être nommé président d'EPI, j'ai travaillé plusieurs années main dans la main avec mon grand-père, puisque j'ai rejoint le groupe dès 1999. Quand j'en ai pris la tête, j'ai effectivement décidé de faire des arbitrages d'actifs importants pour nous concentrer sur des entreprises incarnant notre vision du luxe à la française. En 2007, EPI achève son désengagement de Vivarte (ex-André) et nous avons accéléré notre politique de croissance externe en rachetant des entreprises toujours détentrices d'un métier, d'un savoir-faire, d'une culture et d'une identité forte comme Bonpoint, la seule maison de couture pour enfants, le créateur de chemises Alain Figaret ou, plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant