« Nous voulons aider les entrepreneurs sociaux à changer d'échelle »

le
0
« Nous voulons aider les entrepreneurs sociaux à changer d'échelle »
« Nous voulons aider les entrepreneurs sociaux à changer d'échelle »

On n'associe pas spontanément le Boston Consulting Group, l'un des cabinets internationaux de conseil en stratégie les plus prestigieux, et le monde de l'économie sociale. Pourquoi avez-vous choisi de soutenir ce prix ?

Tout simplement parce que c'est dans notre ADN. Nous sommes très impliqués dans ce que les anglo-saxons appellent le « social impact » et mettons gratuitement nos compétences à la disposition d'ONG comme Save the children ou Action contre la faim. C'est une demande profonde aussi bien chez les salariés que chez les 850 directeurs associés du groupe. Cela peut faire sourire mais au BCG nous sommes convaincus que nous pouvons changer le monde.

Quel est l'objectif du Prix de l'entrepreneur social ?

L'idée est d'aider les entrepreneurs sociaux les plus prometteurs à changer d'échelle. Au BCG, nous sommes bons en stratégie : nous les aidons à développer le modèle le plus adapté. Mais nous ne cherchons pas à opposer entreprises classiques et entreprises sociales. Certes, ces dernières font passer le projet avant la rentabilité. Mais toutes les grandes sociétés que nous conseillons considèrent aussi qu'elles ont une responsabilité vis-à-vis des territoires où elles sont implantées. Les présidents du CAC 40 qui participent au jury sont passionnés par ce projet qui crée des passerelles et des inspirations croisées.

Les lignes bougent-elles vraiment entre économie classique et solidaire ?

Oui, et les jeunes diplômés vont aller encore plus loin. Quand elle répond à des enquêtes, cette génération Y dit qu'elle veut, tout à la fois, progresser dans l'entreprise, monter une boîte et faire du « social business ». Toutes les grandes écoles proposent désormais un cursus en économie solidaire. Les frontières entre ces différents univers s'estompent, ainsi que la vision d'une carrière linéaire. Au BCG, nous aimons l'innovation et les idées de rupture. Aujourd'hui, on voit émerger de plus en plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant