« Nous sommes habitués à tout »

le
0
« Nous sommes habitués à tout »
« Nous sommes habitués à tout »

A 26 ans, Brice Dulin a déjà connu la joie de soulever le bouclier de Brennus avec Castres (2013) et l'amertume d'échouer en finale (2014), toujours sous le maillot tarnais. L'arrière du Racing sait que ce genre de match se joue sur des détails.

 

Que représente pour vous cette finale du Top 14 au Camp Nou ?

BRICE DULIN. Après notre défaite en finale de la Coupe d'Europe contre les Saracens (NDLR : 21-9 le 14 mai au Parc OL), c’est une nouvelle opportunité de remporter un titre. Au Camp Nou, évidemment, ça va être spécial. Je n'y suis jamais venu. C'est un lieu exceptionnel mais la seule chose qui nous intéresse, c'est le titre. On profitera de tout le reste seulement si on gagne.

 

L'échec en finale de la Coupe d'Europe vous a-t-il servi pour arriver jusqu'ici ?

C'est paradoxal car en général on ne se relève pas d'une telle déception. Nous, on a su le retourner à notre avantage pour se motiver encore plus. C'est comme si on avait appris immédiatement de cette expérience. Enfin, on verra si c'est vraiment le cas après la finale...

 

Quelle est votre principal atout ?

Notre force, c'est le collectif. On travaille tous beaucoup et les efforts sont en train de payer.

 

Que craignez-vous principalement ?

Nous-mêmes. Le plus dur, ça sera d'être au rendez-vous encore une fois. On a misé sur la récupération cette semaine. On sait très bien que les 80 minutes d'une finale, c'est encore autre chose. Il y a une tension nerveuse qu'on ne connaît que là. Il va falloir gérer ça.

 

L'ambiance dans le stade peut-elle jouer un rôle ?

Non. Nous sommes habitués à tout. Quand on joue, on se ferme dans notre bulle et l'extérieur ne nous atteint pas.

 

Que retenez-vous de la demi-finale mémorable remportée contre Clermont (34-33 a.p.) ?

On a toujours senti au fond de nous que nous étions capables de remporter ce match. Et finalement, cela nous a souri sur une dernière action comme il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant