« Nous façonnons les STARS de DEMAIN »

le
0
« Nous façonnons les STARS de DEMAIN »
« Nous façonnons les STARS de DEMAIN »

Dmitry Rybolovlev ne s'exprime que rarement dans les médias. Et jamais pour faire de vagues. Le milliardaire russe, président de l'AS Monaco depuis décembre 2011, préfère la discrétion et la modestie. Au moins dans son mode d'expression publique. Pour « le Parisien » - « Aujourd'hui en France », Dmitry Rybolovlev, 49 ans, sort toutefois de sa réserve habituelle et fixe des objectifs ambitieux à son club, principal rival du PSG en L 1. En voyage aux Etats-Unis ces derniers jours, il a répondu par écrit à nos questions.

 

Depuis votre arrivée, l'AS Monaco n'a encore remporté qu'un seul titre, celui de champion de France de Ligue 2 en 2013. Est-ce un échec sportif ?

DMITRY RYBOLOVLEV. Je ne pense pas qu'on puisse parler d'échec quand on regarde la situation objectivement. Quand je suis arrivé à la tête du club, en décembre 2011, l'équipe était dernière de Ligue 2. Depuis son retour en L 1 en 2013, le club termine chaque année sur le podium, joue la Coupe d'Europe et a même fait partie des huit meilleures équipes européennes en 2015. Je pense qu'on peut parler de réussite. Certes, nous devons encore nous améliorer pour gagner des trophées, mais avoir repris l'AS Monaco pour lui redonner le prestige qu'il mérite est une grande fierté.

 

Quels sont, dans l'ordre, les trois meilleurs moments que vous avez vécus en tant que président de l'ASM ?

La remontée en L 1 car l'AS Monaco n'avait rien à faire en L 2. Ensuite la qualification pour les quarts de finale de Ligue des champions après avoir battu Arsenal en 2015. Enfin, en août dernier, la victoire face à Villarreal pour la qualification en Ligue des champions, enchaînée à celle face au PSG. C'était une très belle semaine. Mais j'espère vivre de plus beaux moments dans le futur.

 

Claudio Ranieri a été champion d'Angleterre la saison passée avec Leicester. Regrettez-vous parfois de l'avoir licencié au printemps 2014 ?

Claudio a fait un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant