« Nous avons de simples habitudes »

le
0
« Nous avons de simples habitudes »
« Nous avons de simples habitudes »

Kristina Mladenovic et Caroline Garcia, toutes deux 23 ans, forment la première paire mondiale en double. En simple, elles s'apprêtent à subir les premiers assauts des redoutables Tchèques aujourd'hui. Nous avons testé la cohésion de l'avant-garde tricolore en soumettant à chacune — séparément — le même questionnaire.

 

Quelles sont les superstitions de votre partenaire ?

KRISTINA MLADENOVIC. Les siennes personnelles, je ne sais pas, mais il est vrai qu'on en a quand on fait équipe en double. Au changement de côté, je m'assois toujours à sa droite, où qu'on se trouve par rapport à la chaise d'arbitre. Après, on a nos « checks », on se tape dans la main différemment selon les points. On a pas mal de « routines » relatives au changement de côté, à l'endroit où on prend les balles, etc.

CAROLINE GARCIA. A titre personnel, je n'ai pas de superstition particulière. Ensemble, nous avons de simples habitudes : c'est toujours moi qui sers la première, elle s'assoit à droite et moi à gauche, rien de plus.

 

Laquelle de vous deux est la plus « accro » aux réseaux sociaux ?

K.M. On pense surtout aux fans qui nous suivent et on aime partager beaucoup avec eux. Moi, plus jeune, quand je suivais mes idoles, j'aurais bien aimé voir un peu plus de leur quotidien, que ce soit à l'entraînement ou de leur vie en dehors. Pour des filles de notre génération (NDLR : elle a 23 ans comme son alter ego ), je dirais qu'on n'est pas hyper accro. Peut-être le suis-je un petit peu plus, étant donné que je suis un peu plus suivie qu'elle sur les réseaux sociaux.

C.G. Elle ! Moi, je regarde pas mal les réseaux sociaux, je suis active aussi mais elle l'est davantage que moi. C'est propre à la personnalité de chacune.

 

Le truc réalisé par votre partenaire qui vous a le plus bluffée, sur un court ou ailleurs ?

K.M. Son investissement dans notre équipe, notre travail ensemble, sur de gros matchs. On boucle une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant