Nourrissons morts à Chambéry : le fabricant du produit suspecté est français

le
0
Nourrissons morts à Chambéry : le fabricant du produit suspecté est français
Nourrissons morts à Chambéry : le fabricant du produit suspecté est français

Comment des poches alimentaires utilisées pour nourrir des enfants par perfusion ont-elles pu être contaminées par une bactérie mortelle ? C'est ce que devra déterminer l'enquête ouverte après la mort de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry début décembre. En attendant les conclusions de cette enquête, le directeur de l'hôpital a fait savoir samedi que les poches de nutriment mises en cause venaient d'un laboratoire français. Mais il a refusé d'en dévoiler le nom. La ministre de la Santé Marisol Touraine a assuré de son côté que «tous les lots» de poches de nutriments mises en cause avaient été «retirés».

Les trois nourrissons, dont deux prématurés, étaient hospitalisés dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital, et sont morts les 6, 7 et 12 décembre à la suite d'une dégradation brutale de leur état général. Un quatrième, qui présentait des symptômes identiques, a pu être sauvé in extremis. Toutes les petites victimes ont manifesté les symptômes d'un «choc septique», un trouble grave de la circulation sanguine dû à une infection.

Les familles des trois nourrissons morts ont déposé plainte pour homicide involontaire contre l'établissement. «On a gâché nos vies», s'insurgent-elles.

VIDEO. Le récit du père d'une des victimes 

Le cas d'un quatrième nourrisson a soulevé les doutes

«Le quatrième enfant a manifesté les mêmes symptômes que les trois enfants précédents alors qu'il n'était pas dans le service de réanimation qui avait été fermé depuis quatre jours», a expliqué Guy-Pierre Martin, le directeur de l'hôpital, lors d'une conférence de presse samedi. L'unité de réanimation néonatale de l'hôpital a en effet été fermée pendant une semaine, du 12 au 20 décembre, afin de désinfecter le service après les trois décès. «C'était un bébé qui allait plutôt bien et qui était dans le service de néonatologie. Immédiatement, voyant qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant