Nouailhac - Trotskistes un jour, trotskistes toujours ?

le
0
Pour Jean Nouailhac, Lionel Jospin était un trotskiste anticapitaliste et antilibéral, caché derrière le paravent d?un socialisme étatique.
Pour Jean Nouailhac, Lionel Jospin était un trotskiste anticapitaliste et antilibéral, caché derrière le paravent d?un socialisme étatique.

Une vraie bonne idée, cette enquête solide et passionnante d?Émilie Lanez sur les trotskistes parue dans Le Point du 14 mai dernier ! Intitulée « Leurs années Trotski », elle mettait en scène des dirigeants socialistes formés au trotskisme des années 1970 et suivantes, comme David Assouline, Jean-Pierre Bel, Jean-Christophe Cambadélis, Julien Dray, Gérard Filoche, Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon. Sans compter Lionel Jospin, Jean-Marie Le Guen, Pierre Moscovici, François Rebsamen ou Michel Sapin.

Tous, officiellement « ex-trotskistes » et ex-membres patentés de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire) ou de l?OCI (Organisation communiste internationaliste). Pourquoi ex-trotskistes ? Auraient-ils renié leur trotskisme ? Seraient-ils passés en cours de route de l?extrême gauche à la droite ? Anticapitalistes et antilibéraux, seraient-ils devenus des hérauts de l?économie de marché et auraient-ils abandonné leurs convictions étatistes et marxistes ? Ces questions méritent d?être posées aujourd?hui quand on se rappelle, il n?y a pas si longtemps, les années de plomb (1997-2002) de Lionel Jospin à Matignon et ses conséquences désastreuses pour la France. L?histoire du trotskiste Lionel Jospin vaut d?être contée car elle nous conduit directement à François Hollande.

Des archéocommunistes

Comme un certain nombre de membres de l?OCI, ce groupuscule marxiste extrémiste,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant