Nouailhac - SNCF : ça va mal finir !

le
6
Les syndicats de la SNCF mettent la pression sur la direction.
Les syndicats de la SNCF mettent la pression sur la direction.

C'est une très étonnante interview qui a été publiée mardi par le quotidien L'Opinion. Un document unique en son genre sur les conditions très particulières et le climat brutal et malsain qui peuvent régner dans les rapports entre des « partenaires sociaux » à l'occasion de la négociation actuelle sur le nouveau statut de la SNCF. Il est très rare qu'un représentant patronal s'exprime ainsi à c?ur ouvert sur un dossier aussi explosif.

Cet homme s'appelle Claude Faucher. Âgé de 50 ans, ingénieur agronome et du génie rural, diplômé de l'Essec, il a réalisé la majeure partie de sa carrière dans la fonction publique territoriale. Lorsqu'il a été recruté il y a trois ans par l'organisation patronale du ferroviaire, l'UTP ? Union des transports publics et ferroviaires ?, il était directeur des services du conseil régional de Haute-Savoie. « C'est un type solide, accrocheur, très à l'aise dans les dossiers techniques », dit de lui l'ancien ministre Dominique Bussereau, dont il a été l'un des conseillers techniques entre 2005 et 2007.

« Une façon d'imposer un rapport de force »

Alors, que nous dit dans son interview ce Claude Faucher, le délégué général et le négociateur de l'UTP ? Il commence par situer le climat de la « négociation » : « Lors de la dernière réunion, raconte-t-il, la salle que nous occupions à Montparnasse a été envahie par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4278104 il y a 7 mois

    Dans ces conditions, les syndicats ne peuvent rien faire d'autre que d'utiliser le rapport de force.

  • M4278104 il y a 7 mois

    frenchto, merci pour ce passage comique. L'article est très fidèle au reste des articles de Le Point quand ils parlent de la SNCF en général, pas objectif voir mensonger et ne prenant en compte que les arguments "anti SNCF", ne disant jamais que l'UTP ne souhaite pas négocier le décret ultra minimaliste et non sécuritaire de l'Etat, alors que pourtant il est censé être la base de la négociation pour faire une vrai convention vivable au quotidien et sécuritaire pour les entreprises du secteur.

  • frenchto il y a 7 mois

    personne ne dit que des trains sont affrétés gratuitement pour transporter des grévistes alcoolisés les jours de manifestation. Messieurs les journalistes, soyez un peu courageux pour une fois dans votre vie, dites les choses plutôt que de faire des commérages inutiles

  • frenchto il y a 7 mois

    Le problème c'est que les journalistes ne font pas leur travail. Personne ne dit qu'à la SNCF il y a 10% de gens qui ne travaillent pas du tout. Personne ne dit que le secteur privé paie pour les retraites de la SNCF pour que ces gens partent plus tôt. Personne ne dit qu'il y a une véritable omerta sur la quantité d'alcool consommé dans tous les secteurs de la SNCF. Personne ne dit que la CGT et SUD détournent de l'argent des comités d'entreprise.

  • dcabon il y a 7 mois

    Qu'on arrête de nous dire que les histoires sur le statut des cheminots ne sont que des mythes ! Les syndicats défendent contre vents et marées un système de privilégiés et ce n'est pas moi qui le dit. C'est nous qui payons ces privilèges (billets, impôts, grèves à répétition). Il est temps que les journalistes qui "enquêtent" sur les quais les jours de grève "trouvent" enfin d'autres moutons que ceux qui ne savent que dire "nous comprenons leur mouvement" !

  • aiki41 il y a 7 mois

    Effarant ce que je viens de lire !