Nouailhac - Les vantardises de Bercy et les fourberies de Sapin

le
1
Le ministère de l'Économie et des Finances, à Paris.
Le ministère de l'Économie et des Finances, à Paris.

Ils étaient tellement contents, jeudi dernier, pendant le show d'autosatisfaction qu'ils avaient mis au point dans les locaux de la direction des vérifications à Pantin ! Le ministre des Finances Michel Sapin, son secrétaire d'État Christian Eckert et les deux directeurs des services Bruno Parent et Maxime Gauthier se sont mutuellement félicités que « l'action du gouvernement et de l'administration dans la lutte contre la fraude fiscale porte pleinement ses fruits ».

Et les chiffres annoncés leur donnent apparemment raison : 21,2 milliards d'euros de redressements fiscaux notifiés pendant l'année 2015, soit 10 % de plus qu'en 2014 (19,3 milliards). Tous les records battus et de vives congratulations adressées par Michel Sapin à ses ouailles si performantes et si méritantes. Et les gros titres de s'afficher dans les sommaires des grandes radios et des télés ! Sauf que personne ne nous dit que ces 21,2 milliards d'euros ne rentreront jamais dans les caisses de l'État. La moitié, ce serait déjà un exploit, pour de simples raisons.

D'abord, certaines créances portent sur des sociétés éphémères dans le cadre de l'énorme fraude à la TVA qui touche toute l'Europe. Ensuite, d'autres créances concernent des contribuables insolvables ou qui contestent leur redressement devant les tribunaux : le fisc ne gagne pas toujours devant la justice et, en France, la justice est lente et incertaine. Il arrive même que certains...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin il y a 11 mois

    Sans compter la vraie fraude est estimée entre 60 et 80 Milliards. Donc on ne récupérerait au mieux que 10%.