Notres-Dame-des-Landes : les projets à la loupe

le , mis à jour à 07:47
0
Notres-Dame-des-Landes : les projets à la loupe
Notres-Dame-des-Landes : les projets à la loupe

La construction à NDDL

 

Aujourd'hui, les habitants de Loire-Atlantique vont devoir se prononcer sur la construction d'un nouvel aéroport, projet contesté qui a fait l'objet d'une étude d'utilité publique.

 

Le projet. Transférer les activités de l'aéroport existant, Nantes Atlantique, d'une surface totale de 340 ha et avec une seule piste, vers le site neuf de Notre-Dame-des-Landes. Là, le nouvel aéroport se développerait sur une 1 239 ha, avec deux pistes. Selon les promoteurs du projet, Nantes Atlantique est « saturé » (le gestionnaire a refusé 250 vols en jours de pointe l'an passé) et Notre-Dame-des-Landes pourrait accueillir jusqu'à 9 millions de passagers contre 4.3 millions pour l'actuel en 2015.

 

Le coût. Cofinancé à 56 % par un concessionnaire privé, filiale de Vinci, par l'Etat et des collectivités territoriales, le transfert a été chiffré en 2010 à 561 M€ pour 4 millions de passagers, 992 millions pour 9 millions. La somme comprend la desserte routière, la plate-forme aéroportuaire et la tour de contrôle. « Le prix n'inclut pas les infrastructures ou le pont sur la Loire. Il faut compter bien plus », croit savoir France Nature Environnement (FNE), opposé à la construction.

 

Les retombées économiques. Citées dans le rapport de la Commission nationale du débat public, la chambre de commerce et d'industrie et 22 grandes collectivités locales considèrent que le transfert « constituerait un atout décisif ». Le nombre d'habitants autour de l'aéroport pourrait augmenter de 15 %, et les spécialistes évoquent la création de 3 000 emplois pendant la durée des travaux.

 

L'impact sur l'environnement. Pour l'Acipa, association contre le projet, transférer l'aéroport, c'est renoncer à des « terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle ». L'implantation se ferait sur une vaste zone agricole et d'élevage de bovins qui sera grignotée : la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant