"Notre vision est aux antipodes de celle des Qataris"

le
0
"Notre vision est aux antipodes de celle des Qataris"
"Notre vision est aux antipodes de celle des Qataris"

Alors que Créteil tente de survivre en L2 et cette année, Paris FC et Red Star, peuvent caresser l'ambition d'y accéder, l'Athlétic Club Boulogne-Billancourt (ACBB), vient de se positionner en ambitieux Rastignac de la petite ceinture. Derrière ce surprenant coming out, une bande de trois copains - Mickaël Cabrol, Mathieu Rostamkolaei, Christophe Dachy - et une copine - Mélanie Lascaux, au passage petite fille d'un dirigeant historique du club. Ces jeunes entrepreneurs croient dur comme fer que, bientôt, la France du ballon rond devra compter avec le 9-2.

D'où sort cette idée, un peu saugrenue, de vouloir monter un club pro en région parisienne, surtout avec l'ACBB, pas le plus connu des prétendants ? Mickaël Cabrol : Le début de l'histoire est assez simple. Un groupe de passionnés de foot qui, lors d'une soirée se demandent, " bon, qu'est-ce qu'on ferait si on gagnait , disons, 100 millions d'euros ? " Nous nous sommes tous dit qu'on rachèterait un club. Ensuite, nous sommes très vite revenus à la réalité de nos comptes en banque. En revanche, ils nous est apparu beaucoup plus raisonnable de reprendre un club qui évolue en DHR et de le faire ensuite monter en puissance.
Vous n'avez pas une grosse expérience du monde du foot, qui est quand même assez spécifique. Cela ne constitue pas un handicap trop lourd en soi ? Mathieu Rostamkolaei : Au contraire, je pense que nous avons les compétences pour faire progresser un club de foot. Et l'ACBB possède, pour parler le langage de l'entreprise, une base saine. Il est l'un des plus gros clubs amateurs de la région parisienne avec 1500 licenciés, avec une école de foot dans le top 10, sans parler de sa formation réputée, et en outre des dirigeants vraiment intègres... Des atouts vraiment énormes si tu y rajoutes du professionnalisme. MC : Nous avons tous été des joueurs amateurs et nous sommes tous restés des grands fans de foot. Et comme vient de le rappeler Mathieu, à titre personnel, nous sommes aussi des entrepreneurs. Nous avons monté des sociétés qui ont bien marché. Ce sont ces compétences qu'il s'agit de mettre au service du club.
Pour en revenir à l'ACBB, comment y êtes vous rentrés ? Et comment les dirigeants en place vous ont-ils accueilli, avec leur tradition associative ? MC : Effectivement, c'est encore une association loi 1901, il faudra attendre le statut pro pour passer à une SAOS. Nous sommes donc rentrés dans son bureau. Au départ, nous sommes allés voir plusieurs clubs et c'est avec l'ACBB que cela a le mieux " matché ". Ils ont écouté et adhéré à notre discours. Ils ont été sensibles à notre ambition de rejoindre l'élite du foot français. L'équipe dirigeante, qui est en place depuis vingt, trente ans, a conscience qu'il fallait une nouvelle génération. Et je pense qu'ils apprécient qu'on...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant