«Notre mission est dangereuse, mais nous n'abandonnerons pas»

le
0
INTERVIEW - Le Français Alain Leroy est secrétaire général adjoint de l'ONU, chargé des opérations de maintien de la paix. Alors que la Côte d'Ivoire s'enfonce dans la violence, il fait le point sur la situation de la mission des Nations unies dans le pays

LE FIGARO - Quelle est la situation de l'Onuci sur le terrain ?

 


Alain Leroy: «Nous demandons aux deux parties un maximum de retenue.» Crédits photo: AFP.

 

Alain Leroy - Notre mission sur place est de plus en plus étranglée. Le camp de Laurent Gbagbo fait tout pour couper nos approvisionnements en fioul et en nourriture, notamment en bloquant le port, par exemple. Nous étudions d'autres moyens d'approvisionnement. Nous avons encore des réserves, mais la situation devient de plus en plus délicate et dangereuse. Les forces de Gbagbo harcèlent nos hommes jusque dans leurs appartements pour les faire partir et la RTI (Radio-Télévision ivoirienne) multiplie les messages de haine et les appels aux attaques contre l'Onuci. C'est brutal.

Quel est le moral du personnel sur place ?

Nous sommes déterminés à poursuivre notre mandat, qui vient d'être renouvelé pour six mois par le Conseil de sécurité de l'ONU, à l'unanimité, je le souligne. Notre mission est de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant