Notre manuel de survie pour le grand rush de Noël

le
0
Notre manuel de survie pour le grand rush de Noël
Notre manuel de survie pour le grand rush de Noël

Le constat s'impose à vous avec angoisse, Noël est bien dans quatre jours et l'essentiel de vos cadeaux reste à acheter. Horreur! Vous n'êtes pas le seul : 14 millions de Français doivent se ruer dans les magasins rien qu'aujourd'hui, pic de fréquentation selon une étude du Centre for Retail Research pour Bons-de-réduction-com. C'est que cette année encore plus que d'habitude, les consommateurs se sont révélés plus velléitaires que prévoyants. Tandis que les familles comptaient avoir réalisé la moitié de leurs achats avant la fin du mois de novembre? seuls 31% des cadeaux étaient déjà planqués sous le lit avant décembre, nous révèle le cabinet Deloitte, spécialisé dans la consommation. Alors que la quasi-totalité des magasins seront ouverts demain, voici les astuces qui vous permettront de vivre cette dernière ligne droite de la façon la plus sereine possible.

VIDEO. Noël: ruée sur des jouets à prix bas chez Emmaüs

Faire sonner le réveil. A l'image des autoroutes lors des départs en vacances, les magasins aussi connaissent leurs bouchons, horaires propices et itinéraires de délestage. En matière d'emplettes de Noël, la journée appartient à ceux qui se lèvent tôt. « Le moment le plus calme est celui de l'ouverture du magasin. Et il vaut mieux éviter l'après-midi, car c'est noir de monde! » remarque Bénédicte Poincloux, responsable du magasin Little Extra à Beaugrenelle, dans le XVe arrondissement de Paris. Cette fluidité tire jusqu'à l'heure du déjeuner, surtout le dimanche où la tranche 12 heures-14 heures est à privilégier. « Car le dimanche, course de Noël ou pas, le repas en famille reste traditionnel », remarque Eva, responsable d'un magasin de jouets.

Contourner les grands axes. Oubliez les centres commerciaux géants que vous aviez choisis afin d'économiser les déplacements? Les routes et les transports en commun comme le RER convergent tous vers ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant