« Notre limite, c'est le manque de temps »

le
0
« Notre limite, c'est le manque de temps »
« Notre limite, c'est le manque de temps »

Après une carrière de plus de 25 ans en entreprise, Daniel Rezlan, 51 ans, et Daniel Benabou, 48 ans, découvrent avec enthousiasme la vie de créateurs d'entreprise. Les associés - « entreprendre à deux, c'est beaucoup plus agréable, nous sommes très complémentaires »- se sont rencontrés chez Venteprivée.com où ils ont vécu l'incroyable expansion du site. « On est passé de dix millions d'euros à un milliard d'euros de chiffre d'affaires », rappelle Daniel Benabou qui s'occupait du marketing. Daniel Rezlan, l'informaticien du duo, lui avait déjà créé une première entreprise, revendue en 2008, et avait très envie de replonger. En 2011, ils créent Idesci, une entreprise dédiée à la protection des boîtes mail des dirigeants. « Enormément d'informations sensibles sont échangées de cette façon, explique Daniel Rezlan. Nous avons mis au point un système d'alarme qui garantit qu'aucune intrusion ne peut se produire. »

Elogieux sur l'écosystème français

Deux ans de recherche et de développement ont été nécessaires pour mettre au point le prototype qui leur a permis d'être classé Jeune entreprise innovante. Le duo ne tarit pas d'éloges sur l'écosystème français d'accompagnement et de financement. « Que ce soit chez Bpi, qui nous aidé à financer 50 % de la phase de recherche, ou au ministère de la Recherche, nous avons eu des interlocuteurs très impliqués et réactifs », souligne Daniel Benabou. Depuis septembre 2013, ils sont entrés dans la phase de commercialisation de leur système. « Il faut d'abord procéder à un audit détaillé pour déterminer quels sont les comptes sensibles et qui possède un accès autorisé, détaille Daniel Rezlan. En dehors du top management, un ingénieur ou un commercial qui travaille sur un projet important pour l'entreprise peut avoir besoin de protéger sa boîte mail. » Idesci facture son « bouclier » sur la base d'un abonnement mensuel de 83 EUR hors taxe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant