Notre-Dame-des-Landes : veillée d'armes chez les zadistes

le , mis à jour à 08:41
0
Notre-Dame-des-Landes : veillée d'armes chez les zadistes
Notre-Dame-des-Landes : veillée d'armes chez les zadistes

Rouge sur fond blanc, un panneau visible de loin sur la cheminée de la ferme de Bellevue annonce la couleur : « Ça va chier. » Aujourd'hui, les opposants au projet du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, appellent à un grand rassemblement pour protester contre l'évacuation du site. Dans le champ voisin de la ferme, une dizaine d'hommes et de femmes s'affairent autour de gigantesques poutres de bois. « Ce sera bientôt un hangar. On y fera un atelier pour toute la vie à construire sur la zone », expliquait vendredi Charlie, charpentier de marine, venu d'Aber-Wrac'h (Finistère) pour donner un coup de main.

 

Dans la ZAD (zone d'aménagement différé pour les autorités, zone à défendre pour les opposants) de 16 000 ha, on se préparait vendredi à un affrontement avec les forces de l'ordre tout en aménageant un « village » avec ses boulangeries et ses trois cents habitants installés qui dans des fermes centenaires, qui dans des cabanes de bric et de broc. « Les gens ne partent pas. Au contraire, ils semblent s'installer de manière plus durable malgré la menace pressante qui pèse sur nos têtes », estime un occupant de la zone depuis quatre ans, qui se fait appeler Camille.

 

Survols d'hélicoptères

 

Et pour cause, l'étau se resserre autour des anti-aéroport. Et la perspective d'une expulsion n'a jamais semblé si imminente depuis qu'en juin une consultation populaire à l'échelle du département a validé le projet d'aéroport. Dans la foulée, le Premier ministre s'est engagé à envoyer tractopelles et pelleteuses à l'automne. Dernier coup de boutoir : le 14 septembre, le préfet a pris des arrêtés sur la destruction du campagnol amphibie. La protection de ce petit rongeur était un des derniers obstacles administratifs au lancement des travaux. Alors, vendredi, Camille, qui a participé à l'organisation des mobilisations de ce week-end, anticipait la venue de « dizaines et de dizaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant