Notre-Dame-des-Landes : Valls dénonce une «guérilla urbaine» à Nantes

le
3
Notre-Dame-des-Landes : Valls dénonce une «guérilla urbaine» à Nantes
Notre-Dame-des-Landes : Valls dénonce une «guérilla urbaine» à Nantes

«Ils voulaient casser des policiers et du gendarme». Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a fermement condamné samedi soir les «exactions» commises à Nantes par un milliers de protestataires radicaux, en marge de la manifestation qui a réuni 20 000 opposants à l'aéroport de Notre-Dame -des-Landes dans les rues de la cité des Ducs de Bretagne. Qualifiant d'«inadmissible» cette «violence qui vient de l'ultragauche radicalisée», le ministre a renvoyé les organisateurs de la manifestation à leurs responsabilités. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, grand défenseur du projet et cible des opposants, a condamné les violences «avec la plus grande fermeté». EELV a de son côté condamné les heurts, mais salué le succès de la mobilisation.

«Cette violence, qui vient de l'ultra-gauche, est inadmissible»

Selon Manuel Valls, «un millier d'individus de l'ultra gauche, ainsi que des Black Blocs, très violents, se sont livrés à des exactions et à des violences intolérables : cocktails Molotov, boulons, pavés jetés sur les forces de l'ordre, détruisant des vitrines de magasins, saccageant un certain nombre de commerces, du mobilier urbain ainsi que l'entrée d'un commissariat de police». Après avoir déploré que «cette manifestation se soit transformée en véritable guérilla urbaine échappant totalement à ses organisateurs», il a rendu hommage «au préfet de la Loire Atlantique, aux forces de l'ordre, qui avec beaucoup de sang froid et de professionnalisme ont contenu cette manifestation».

«Cette violence venant de cette ultra-gauche, de ces Black Blocs, qui sont originaires de notre pays mais aussi de pays étrangers, est inadmissible et elle continuera à trouver une réponse particulièrement déterminée de la part de l'Etat», a répété le locataire de la place Beauvau, qui fait état de six blessés parmi les forces de l'ordre. Avant d'ajouter que ses services avaient justement interdit l'accès des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le lundi 24 fév 2014 à 09:15

    Eh Manu, tu descend! A la la manif contre le marriage pour tous, la police n'a pas ete si tendre!!! On se trompe de cible depuis le 6 Mai 2012!Bouffon.s

  • mlaure13 le dimanche 23 fév 2014 à 19:14

    ...et comme disait Montebourg...Ayrault, tu nous fait Ch... avec ton gadget à milliards d'€ !...

  • combiera le dimanche 23 fév 2014 à 18:08

    ça y est j'ai compris : JM Ayrault a rectifié le tir "violences inacceptables dans un état de droit", en ukraine sans doute c'était pas un état de droit.la dialectique fait rage chez nos futurs ex-