Notre-Dame-des-Landes : Ségolène Royal et la pirouette de l'ordonnance

le
0
Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.
Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.

« Il faut maintenant clarifier rapidement la situation », a asséné ce jeudi Ségolène Royal au micro de France Info. Interrogée sur la tenue d'un référendum local sur Notre-Dame-des-Landes, la ministre de l'Environnement s'est en fait pris les pieds dans le tapis. Elle a défendu un texte à l'étude qui n'aura en réalité aucun impact pour résoudre le casse-tête juridique du référendum local sur le très contesté projet d'aéroport.

À lire - Notre-Dame-des-Landes, l'impossible référendum

Pour l'instant, le référendum local promis par François Hollande le soir du remaniement est juridiquement impossible. Les articles 72-1 de la Constitution et LO III2-I du Code des collectivités locales sont très clairs : consulter ses administrés localement ne peut pas se faire sur une question d'ordre national. Uniquement sur une compétence de la collectivité. Or, le décret du 9 février 2008 déclarant d'utilité publique les travaux de l'aéroport du Grand Ouest fait de Notre-Dame-des-Landes une prérogative de l'État.

Rétroactivité

Que faire ? La ministre de l'Environnement a donc indiqué qu'un projet d'ordonnance sur le dialogue environnemental était à l'étude. Ce texte sur « la démocratisation du dialogue environnemental », qui doit encore passer par le Conseil d'État, devra être adopté d'ici août. Le texte devrait...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant