Notre-Dame-des-Landes : Royal contre une évacuation des zadistes par la force

le , mis à jour à 12:00
12
Notre-Dame-des-Landes : Royal contre une évacuation des zadistes par la force
Notre-Dame-des-Landes : Royal contre une évacuation des zadistes par la force

Une question qui fait toujours débat. Après le rassemblement du week-end dernier contre la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), les réactions politiques divergent.

 

«Non, je ne suis pas favorable à l'évacuation par la violence de la Zad (NDLR : zone à défendre). Ça se passerait très mal et ça serait là aussi des violences et des affrontements tout à fait inutiles», a déclaré lundi Ségolène Royal, ministre de l'Envrionnement, sur i>Télé. «Les choses ont tellement traîné, ont été tellement mal enclenchées dès le départ, avec un déni de démocratie, un déni de transparence, un manque de dialogue, un manque d'explications, un manque de justification, qu'on aboutit à des situations comme celle-ci. Aujourd'hui, ça ne serait plus possible de construire Notre-Dame-des-Landes avec un tel déficit démocratique», a-t-elle ajouté.

 

Des milliers d'opposants au projet d'aéroport se sont rassemblés samedi sur la Zad pour démontrer que leur volonté reste intacte en dépit de l'autorisation des travaux et de rumeurs grandissantes sur leur évacuation par les forces de l'ordre.

 

Ce mardi, le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, qui rassemble les collectivités favorables au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-dame-des-Landes, réclame un «recadrage» de la ministre. «Après un débat public, une enquête publique, une déclaration d'utilité publique (...), le soutien de trois présidents de la République, six Premier ministre et 22 collectivités locales quelles que soient les alternances politiques, de telles déclarations d'un ministre sont totalement irresponsables car elles apparaissent clairement comme un encouragement à la violence envers les forces de l'ordre», rétorque dans un communiqué le syndicat. «Ces propos d'un ministre qui défie l'autorité de l'État et s'oppose au respect de la loi ne peuvent rester sans suite (...) Nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a un mois

    Mais la carte aéronautique française doit toujours être superposée à celle du ferroviaire. Des lignes aériennes (Paris-Lille, Paris-Nantes, Paris-Lyon, Paris-Strasbourg, etc.) sont mortes ou mourantes avec l'arrivée du TGV. D'autres, dont des transversales, sont menacées avec l'ouverture intégrale à grande vitesse de Paris-Strasbourg, Paris-Rennes et Paris-Bordeaux d'ici à 2017. Quid de l'avenir d'un vol Poitiers-Lyon quand Poitiers-Paris-Lyon est parcouru à 300 km/h sur le rail ?

  • M1945416 il y a un mois

    Un des cas d'école français concerne la Normandie, où se concurrencent les aéroports de Deauville, Rouen, Le Havre et Caen se disputant moins de deux millions d'habitants. Ainsi, si chacun des aéroports veut une desserte quotidienne vers Lyon, l'exploitation de ces lignes demande quatre avions de moins de vingt sièges, chacun vendu au tarif prohibitif de 400 euros, alors que ces coûts peuvent être divisés par deux avec un seul vol mais assuré par un appareil de 100 places.

  • M1945416 il y a un mois

    sans l'aide des collectivités publiques, les vingt-six aéroports qui suivent au classement 2015 de l'Union des aéroports français ne peuvent arriver à l'équilibre avec une activité comprise entre 600 000 et 100 000 passagers par an. Une péréquation de certaines taxes et redevances est d'ailleurs pratiquée.

  • M1945416 il y a un mois

    Les nouvelles régions françaises vont devoir réaliser des choix entre la centaine d'aéroports offrant des services de transport de passagers en France. Les deux tiers d'entre eux se partagent moins de 5 % de l'activité. Vingt aéroports seraient en trop.

  • vmcfb il y a un mois

    Ségolène Royal confond la violence, et la force. La force est légitime, elle doit être proportionnée au but à atteindre. La violence n'a pas de place dans une action policière ou militaire.

  • bearnhar il y a un mois

    Elle avait déjà démontré son courage heroique au sujet des portiques, combien de temps avait-elle tenu ?

  • bearnhar il y a un mois

    Ils sont contre toute violence, meme les casseurs faut pas y toucher, ni en condamner un seul à payer la note des dégâts, et on voit le résultat. De toute manière maintenant c'est trop tard et dans tous les domaines, la France va se mettre en pause en attendant l'élection. Sur un quinquenat on arrive à perdre un an, sur qu'on a besoin de ça...

  • mucius il y a un mois

    Royal contre le respect de l'ordre public. Ces hooligans sont ses amis.

  • bearnhar il y a un mois

    C'est une ministre de l'écologie, Voynet sous Jospin, qui avait relancé le dossier, meme entre eux ils se contredisent...Un déficit démocratique ? Ca fait 40 ans que ça palabre, si ça c'est pas de la démocratie.

  • pylenoir il y a un mois

    la madonne des médias ferait n'importe quoi pour que les médias parlent d'elle. Au fait où en est elle sur la gratuité des péages d'autoroutes ? Posez lui la question ! Bidochon et lagolène même famille de menteurs.