Notre-Dame-des-Landes : nouvelle mobilisation de milliers d'opposants

le
0
Notre-Dame-des-Landes : nouvelle mobilisation de milliers d'opposants
Notre-Dame-des-Landes : nouvelle mobilisation de milliers d'opposants

La perspective de la conférence mondiale sur le climat en décembre à Paris a rechargé leurs batteries. Des milliers d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont commencé à se rassembler samedi sur le site pour réclamer à nouveau l'abandon du projet qu'ils jugent néfaste pour l'environnement.

A l'entrée du site, à Vigneux-de-Bretagne (Loire-Atlantique), où est organisé le quinzième rassemblement estival annuel des opposants au transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes, en plein bocage, une grande banderole proclame: «Chauffe la lutte, pas le climat», tandis qu'un participant se promène entre les stands avec une pancarte fait maison affirmant  : «Les zadistes sauvent le climat».

«Abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes, c'est totalement dans l'esprit de la conférence climat (la COP 21) d'une part parce qu'on devrait diminuer les vols d'avions pour baisser l'émission des gaz à effet de serre, et parce qu'on doit ici préserver la zone humide exceptionnelle», déclare Françoise Verchère, co-présidente du Cédpa (Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport), l'un des organisateurs de ce rassemblement.

«Si on prétend lutter contre le réchauffement climatique, il faut abandonner les mauvais projets et Notre-Dame-des-Landes en est un», ajoute la militante, appelant l'exécutif à «agir en acte contre les modifications climatiques».

Ce site de 1650 hectares, une zone humide à 98%, «a été choisi il y a bien longtemps, à un moment où on ne se préoccupait pas de l'eau. Aujourd'hui, on ne peut plus jouer avec l'environnement sinon on va dans le mur car on n'a pas des ressources inépuisables», met en avant Bernard, un sexagénaire habitant une commune limitrophe de Notre-Dame-des-Landes.

Pour lui, le rassemblement des opposants à l'aéroport est «la première étape» de la conférence de l'ONU sur le climat, «un exercice grandeur nature» car «on est en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant