Notre-Dame-des-Landes : «Maintenant, il faut évacuer la ZAD»

le , mis à jour à 08:23
1
Notre-Dame-des-Landes : «Maintenant, il faut évacuer la ZAD»
Notre-Dame-des-Landes : «Maintenant, il faut évacuer la ZAD»

La bataille des airs a fait des petits sur terre. Sur les routes de Loire-Atlantique, dimanche, les voitures étaient nombreuses à rouler en arborant un autocollant « Oui » ou « Non » à l'aéroport. De Bouguenais, le village situé tout près de l'actuel aéroport, jusqu'à Notre-Dame-des-Landes, où doit atterrir la nouvelle plate-forme, en passant par Nantes, la ville préfecture, le projet ne mettait en ce jour de vote décidément personne d'accord. Mais les raisons étaient parfois plus politiques qu'aériennes !

 

A Nantes : « Marre des vols en rase-mottes »

Nantes, dimanche. Raphaël vient de voter non. « C’est une aberration. Pourquoi renoncer à ce qui existe? » demande le jeune homme. (LP/Arnaud Dumontier.)

 

Ici dans le jeu de Paume qui existait alors, Molière a joué la comédie en 1648. Mais hier, dans les bureaux de vote de l'école de Nantes qui porte son nom, tout le monde ne rigolait pas. « C'est foutu, le oui va l'emporter, j'en suis sûre », prédit une quadragénaire qui, à 13 heures, vient de voter non au transfert. « C'est une aberration. Pourquoi renoncer à ce qui existe ? » renchérit Raphaël Garcia. A 34 ans, le jeune homme était bien content il y a encore six mois de pouvoir aller prendre un avion pour Nice après avoir fait dix minutes à peine de voiture.

 

Sonia et Etienne ne disent pas le contraire. Mais, après tant d'années à vivre avec le bruit des avions survolant la ville préfecture et exposant 42 000 personnes au bruit, le couple de sexagénaires a voté oui. « J'en ai marre des vols en rase-mottes. Ils passent toutes les cinq minutes. C'est dangereux », insiste Sonia, tandis qu'Etienne voit dans son bulletin une « bonne occasion de virer » les zadistes qui occupent la zone de Notre-Dame-des-Landes.

 

Lui, aéroport ou pas aéroport, il « s'en fiche ». « Mais j'ai voté non, par principe », explique cet employé municipal à l'intérieur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 6 mois

    A Saint-Aignan-Grandlieu, commune survolée par les avions de l'aéroport Nantes-Atlantiques, le "oui" était plus massif, avec 71,70% des voix. Mais pour les écolos il faut sauver la musaraigne aquatique !!!!!!!!! il y en a des millions de part la France.