Notre-Dame-des-Landes : les opposants dénoncent un jugement « incohérent »

le
0
Yannick Jadot , le candidat du parti écologiste EELV à la présidentielle de 2017, après la décision de la cour administrative d'appel de Nantes de rejeter les recours contre les arrêtés préfectoraux concernant le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Yannick Jadot , le candidat du parti écologiste EELV à la présidentielle de 2017, après la décision de la cour administrative d'appel de Nantes de rejeter les recours contre les arrêtés préfectoraux concernant le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

La cour administrative d’appel de Nantes a rejeté les recours contre les arrêtés préfectoraux, autorisant ainsi le démarrage des travaux.

Déception des anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) et satisfaction des partisans du projet et du gouvernement. Lundi 14 novembre, la cour administrative d’appel de Nantes a rejeté les requêtes des opposants contre des arrêtés préfectoraux, autorisant du même coup le démarrage du chantier dans le bocage à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes.

Le choix de la justice signifie aussi l’évacuation de la ZAD, la « zone à défendre », occupée par plusieurs centaines d’opposants et d’agriculteurs, et d’inévitables affrontements à l’arrivée des forces de l’ordre.

En décidant de ne pas suivre les conclusions du rapporteur public, un scénario peu fréquent, les juges ont surpris. Le 7 novembre, Christine Piltant leur avait demandé l’annulation de quatre arrêtés préfectoraux, dits « loi sur l’eau » et « espèces protégées », estimant qu’ils ne respectaient pas le Code de l’environnement.

La magistrate avait alors évoqué l’absence d’étude d’alternative, cette dernière étant une condition nécessaire pour pouvoir déroger à la protection des espèces. Elle avait aussi jugé insuffisantes la réduction des impacts du projet d’aéroport sur zone humide et les mesures compensatoires.

« Divergence d’appréciation » La cour n’a pas porté le même regard sur ces arrêtés. Alors que le rapporteur public avait mis en avant le possible développement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique, une alternative « crédible » et « satisfaisante », envisagée par le Commissariat gé...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant