Notre-Dame-des-Landes : les Bonnets rouges lâchent Christian Troadec

le
0
Le maire DVG de Carhaix et leader des Bonnets rouges Christian Troadec, photo d'illustration.
Le maire DVG de Carhaix et leader des Bonnets rouges Christian Troadec, photo d'illustration.

L'appel était pourtant solennel. Dans un communiqué, Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix (Finistère), par ailleurs leader des Bonnets rouges, appelait dimanche à la "mobilisation générale" et à manifester le 22 février à Nantes contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il invitait "les marins, les paysans, les ouvriers de l'agroalimentaire durement frappés par les licenciements, les petits entrepreneurs, commerçants, artisans, l'ensemble des citoyens qui refusent cette fracture territoriale à se mobiliser dès maintenant et à prendre part à ce qui aura toutes les chances d'être l'une des plus grandes manifestations de l'histoire de la Bretagne". "Tous à Nantes, en Bretagne, le samedi 22 février prochain", lançait le maire de Carhaix.Sauf que les Bonnets rouges ne l'entendent pas ainsi. Dans un communiqué, le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne, à l'initiative du mouvement des Bonnets rouges, a clairement pris ses distances avec l'appel de M. Troadec, qui participera à la manifestation du 22 février "à titre personnel", précise-t-il. "Le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne confirme que, dans ses prérogatives, il n'a pas à se positionner sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le leitmotiv du collectif est le maintien de l'emploi et du travail productif en Bretagne", explique le communiqué, qui rejette tout amalgame entre M. Troadec et le collectif. "Clairement, il n'y a pas d'appel à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant