Notre-Dame-des-Landes : des milliers d'opposants à l'aéroport défient Manuel Valls

le
0
Inivtés à apporter un bâton sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les opposants au projet d'aéroport se sont fortement mobilisés, samedi 8 octobre, contre toute tentative d'évacuation / AFP / JEAN-SEBASTIEN EVRARD
Inivtés à apporter un bâton sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les opposants au projet d'aéroport se sont fortement mobilisés, samedi 8 octobre, contre toute tentative d'évacuation / AFP / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

De 12 800 à plus de 40 000 selon les sources, les opposants au projet d’aéroport ont rejoint la ZAD, samedi 8 octobre, pour réaffirmer leur volonté de résister en cas d’intervention policière.

A l’évidence, les opposants au projet d’aéroport semblent avoir gagné leur pari d’une forte mobilisation, samedi 8 octobre, sur la ZAD, leur « zone à défendre ». Combien étaient-ils ? Plus de 40 000 selon eux, 12 800 selon la police dont l’hélicoptère a survolé toute la journée les petites routes, au sud de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). « Avec une journée comme celle-là, tous ces soutiens qui sont toujours là, les familles avec les poussettes, les jeunes, les vieux, on repart galvanisé », jubile Sylvain Fresneau, agriculteur et figure historique de la lutte.

L’idée était, après la consultation locale voulue par François Hollande à l’échelle de la Loire-Atlantique qui a vu le oui au transfert de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique vers le nouvel aéroport du Grand-Ouest recueillir 55,17 % des suffrages le 26 juin, de vérifier si le mouvement de solidarité était toujours fort. De leur côté, les pro-aéroport ont mis en rapport le nombre de participants à cette manifestation et le nombre de voix en faveur du transfert : « les habitants de la Loire-Atlantique ont été 260 000 à dire oui à NDDL », tweetait l’organisation Des Ailes pour l’Ouest, fer de lance des pro-aéroport, qui dénonce le « déni de démocratie ».

« Ce dossier est une aberration » Alors que le premier ministre Manuel Valls a promis, à de multiples reprises, l’évacuation de la zone en octobre ou à l’automne, ses adversaires ont donc orchestré une nouvelle démonstration de force in situ. « Ce dossie...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant