Note de la France : le curieux jeu de rôle de l'UMP et du PS

le
0
Nicolas Sarkozy et François Hollande.
Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Et le film recommence. L'histoire est la même, simplement, les acteurs ont changé de rôle. Le pitch ? La dégradation de la note de la France par une agence de notation. La première version se déroule le 14 janvier 2012. Standard & Poor's décide d'ôter à la France son triple A. Dans le rôle principal : Nicolas Sarkozy, président de la République. Puisqu'il a fait de cette note le symbole de sa résistance à la crise, le désaveu est d'autant plus terrible.François Hollande est le candidat socialiste à l'Élysée. Trois mois avant l'élection présidentielle, il est largement favori. Il n'a même jamais été aussi haut dans les sondages. Alors, il se fait désirer, prend le temps avant de réagir. Deux heures avant de s'envoler pour un déplacement aux Antilles, depuis son siège de campagne, il déclare simplement à la presse : "Ce n'est pas la France, c'est une politique qui est dégradée." "Quel aveu d'échec terrible"

Lorsqu'il débarque à Pointe-à-Pitre, Hollande refuse d'en rajouter. Mais, tout de même, le programme du déplacement est modifié. La scène d'une rencontre avec une association carnavalesque est coupée au montage. Le candidat choisit d'opposer la sobriété à la gravité. "Je veux ouvrir un nouveau chemin pour redonner confiance à la France", lâche-t-il lors de son meeting du soir. Une volonté qui laisse rétrospectivement songeur.

Dans le rôle des snipers, les plus hauts dirigeants socialistes. La perte du triple A...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant