NOTE AUX ABONNES-Dépêche Bernard Sainz condamné en appel du 18 mars 2010

le
0

PARIS, 11 novembre (Reuters) - A la suite d'une décision de justice, vous trouverez ci-dessous une version corrigée de notre dépêche du 18 mars 2010 qui supprime le mot "cession" au §4. La version initiale a été supprimée de notre site Reuters.fr et des bases de données historiques que nous approvisionnons. PARIS (Reuters) - Personnage du dopage dans le cyclisme des années 1990, Bernard Sainz, surnommé "docteur Mabuse", a été condamné jeudi à deux ans de prison dont un ferme par la cour d'appel de Paris. La peine est moins lourde que celle prononcée en première instance en avril 2008 par le tribunal correctionnel, qui était de trois ans de prison, dont 18 mois ferme. Bernard Sainz peut se pourvoir en cassation et ne sera donc pas immédiatement écroué. L'affaire concerne un trafic de produits dopants en 1998 et 1999, qu'il a toujours nié. Reconnu coupable de "détention de substances vénéneuses et de produits dopants", "exercice illégal de la médecine" et "facilitation d'usage de produits dopants", Bernard Sainz, 66 ans, se présente comme "soigneur" ou "homéopathe". Il doit son surnom de Mabuse à un sulfureux personnage du cinéaste Fritz Lang, dans les années 30. Cette enquête, lancée lors du Tour de France 1998 où avait éclaté le scandale Festina, avait abouti à une série d'arrestations et de perquisitions en mai 1999 dans le peloton. Les coureurs poursuivis ont bénéficié d'un non-lieu, le dopage ne constituant pas un délit pénal. Bernard Sainz a fait deux séjours en prison dans cette affaire, durant l'enquête. La justice ne disposait pas de preuves matérielles mais d'écoutes téléphoniques et des dépositions de nombreux coureurs, dont le Belge Frank Vandenbroucke, qui a qualifié Bernard Sainz de "gourou diabolique", l'accusant de faire commerce d'hormones de croissance, de testostérone, de corticoïdes et d'EPO.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant