Nostalgie, quand tu ne nous tiens plus...

le
0
... ou quand les services marketing des constructeurs jouent avec plus ou moins d'habileté des bonnes adresses du passé.

Le succès ne tiendrait-il qu'à un coup de pinceau? Renault semble le croire: le constructeur multiplie les bandes blanches sur ses modèles. Les mêmes, sur fond bleu, que celles qu'avait jadis créées Amédée Gordini pour signer ses voitures. Les Twingo et Clio et, tout dernièrement, le petit «cabriolet» Wind, en ont hérité. Cette carte nostalgie serait-elle une recette miracle? Au Salon de Genève, le coupé cabriolet Mégane a pour sa part été décliné en version Floride. Comme les bandes Gordini, il s'agit d'une affaire de peinture: la voiture se voit habillée d'une livrée blanc ivoire censée évoquer la deux-portes du même nom lancée par la Régie au début des années 1960. Est-ce là cependant une bonne idée ? Tous ceux qui l'ont connue gardent de la Floride un souvenir ambigu. Certes, elle avait du charme, surtout dans sa version découvrable. Mais il valait mieux passer chez un ami maçon avant de prendre la route, histoire de lester le coffre de quelques sa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant