Nos régions ont du talent : Île-de-France

le
0
Nos régions ont du talent : Île-de-France
Nos régions ont du talent : Île-de-France

D'ici l'Euro, on fait une revue d'effectif de ce que les régions françaises ont de mieux à offrir question football. Histoire de mieux se familiariser avec le nouveau découpage administratif et de ce que cela implique pour le ballon rond. Nouvelle étape en Île-de-France, où tout le monde veut prendre le PSG de vitesse.

" On recrute beaucoup dans la région PACA, histoire de faire du local, mais après, c'est surtout en Île-de-France, là où il y a le plus de joueurs. " Frédéric Barilaro est formateur à l'AS Monaco, l'une des grandes références françaises quand il s'agit de sortir des jeunes talents. Cataloguée comme formation " d'élite ", l'académie asémiste a les yeux rivés sur la région parisienne car cela rapporte. Un Thierry Henry par exemple. Mais le club de la Principauté n'est pas le seul à lorgner dans ce qui devrait, logiquement, être le terrain de chasse du PSG. " Aujourd'hui, ce ne sont pas que les clubs d'Île-de-France ou de France qui scoutent la région, mais ceux des cinq grands championnats, et même plus. Belgique, Pays-Bas, bien-sûr, mais aussi des pays plus exotiques comme la Turquie, la Macédoine ou l'Azerbaidjan... " assure Franck Scanvic, " permanent " de l'AC Boulogne-Billancourt, l'un des clubs amateurs les plus productifs de l'IDF.

Le potentiel démographique de Paris


Si tout le monde vient faire ses courses à proximité de Paris, c'est parce que l'offre est riche et bonne.
"A une époque, un professionnel sur trois environ sortait de la région Île-de-France. Là où il y a une grande métropole dans un pays de football, on a un vivier. Madrid, Londres, Buenos Aires, Rio de Janeiro."Claude Dussault
"Même dans des niveaux districts, c'est plus relevé et dense que dans les régions " assure Bafodé Diakhaby, ancien joueur pro au FC Bruxelles formé au PSG, et depuis un an formateur au Paris FC. Les raisons sont multiples, entre un potentiel démographique évident et un contexte social qui favorise l'attrait pour le ballon rond, " un sport simple à pratiquer et qui dégage des espoirs d'ascension sociale " souligne Claude Dussault, éducateur de l'INF Clairefontaine aujourd'hui à la retraite. " A une époque, un professionnel sur trois environ sortait de la région Île-de-France. Là où il y a une grande métropole dans un pays de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant